ads
Après avoir fait de la sensibilisation contre le coronavirus sur toute l’étendue du territoire, le groupe de graffiti Guinée Ghetto Graff a eu l’idée, à travers l’art urbain, d’honorer nos valeureux musiciens guinéens décédés.
 
Sur les murs de Dabondy, ces graffeurs rendent hommage à plusieurs artistes disparus, notamment Abdoul Jabbar, Navigator, Mory Kanté, Kerfalla Kanté et Sory Kandia. Pour immortaliser ces légendes guinéennes, le groupe a dressé de magnifiques portraits de ces artistes, qui ne passent pas inaperçus.
 
Pour en savoir un peu plus sur ce projet d’hommage, nous sommes allés à la rencontre d’Omar “Chimère” Diaw, membre fondateur du groupe de graffiti Guinée Ghetto Graff, qui nous a parlé de cette belle initiative placée sous le thème “La Guinée rend hommage à ses fils”.
 
 
Comment vous est venue l’idée de rendre hommage à ces artistes guinéens ?
L’idée est venue suite au décès de notre grand frère Abdoul Jabbar, qui était un proche à moi. J’avais décidé que si j’avais les moyens, je ferais une grande fresque pour honorer tous les musiciens décédés de la Guinée, car ils ont hissé la musique guinéenne hors de nos frontières. Comme nous sommes des artistes graffeurs, nous devons être impliqués dans tout ce qui se passe dans le pays. C’est la raison pour laquelle le crew Guinée Ghetto Graff a décidé de faire cette fresque.
 
 
Parlez-nous de ce grand projet.
Ce projet a été financé sur fonds propres. C’est une contribution de notre crew Guinée Ghetto Graff et c’est le prélude d’une Jam Session appelée Gnakry Jam Session, une rencontre bisannuelle de beaucoup d’artistes graffeurs de la Guinée et d’autres pays. Un Jam Session, c’est un mini festival graffiti dont le lieu change tous les 6 mois… La surprise dans ce projet, c’est qu’après cette grande fresque, nous allons partir dans chaque quartier où vivaient ces artistes représenter encore leur effigie.
 
 
Où en êtes-vous dans la réalisation de cette fresque ?
Nous avons fait d’abord Navigator et Abdoul Jabbar en “lion king” (roi lion), symbole des rastas, et nous avons tracé l’esquisse de Mory Kanté. Demain même est la date de décès de Mory Kanté. Nous ferons notre possible pour finir son effigie aujourd’hui. D’ici le mardi inshaallah nous allons finir toute la fresque et faire une conférence de presse pour lancer cette Gnakry Jam Session. Nous annoncerons aussi tous les autres projets que nous comptons lancer cette année.
 
 
Pourquoi le choix s’est porté sur ces artistes ?
Le choix s’est fait dans un souci de représentation des légendes de plusieurs générations. Dans la nouvelle génération, on a commencé par le plus jeune, Navigator. Ensuite Abdoul Jabbar, Mory Kanté, Kerfalla Kanté et Sory Kandia. Ce sont tous des légendes de la musique guinéenne. Nous ne pouvions pas dessiner tous les artistes décédés de la Guinée, nous en avons choisi seulement quelques-uns pour tous les représenter.
 
 
Comment la population riveraine a accueilli ces peintures ?
Les gens ont accueilli à bras ouvert cette initiative. À chaque fois, nous entendons des mots d’encouragements et de félicitations des passants. D’autres ont commencé à prendre des photos. Il y a même des structures comme Anènè Boutique, avec notre Grand frère Niang et Medbi, qui sont passés nous appuyer. D’une manière générale, cette fresque a touché tous les fans de ces artistes.
 
 
En réalisant ces peintures, quel sentiment vous anime ?
Comme toujours, nous nous sentons utiles à ce pays. Non seulement on participe à l’embellissement de la ville mais nous sensibilisons aussi la population sur beaucoup de domaines, dans l’idée de transformer Conakry en capitale de la culture urbaine, avec des expositions d’art à ciel ouvert.
 
 
Votre mot de la fin ?
Je termine en remerciant toute les structures qui nous ont appuyé, notamment Yataagui avec RasCondel, Niang d’Anènè boutique, vous les médias pour les interviews et surtout tous les artistes graffeurs de Guinée Ghetto Graff qui ont travaillé d’arrache-pied sur ce projet : Alia Bangoura (Alkaline), Mohamed Touré (Black), Abdoulaye Camara (Popcaan), Kipstar, Arrenger, Black Mamba.
 
Merci Rarili News !

 

Kadiatou Baldé

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
tt ads

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *