8 Dec 2019
HomeLifestyleDaouda Sané, celui qui vit le métier de ses rêves !

Daouda Sané, celui qui vit le métier de ses rêves !

Interview exclusive avec l’animateur Burkinabé Daouda Sané, l’homme qui vit son métier de rêve !

Daouda Sané est un journaliste burkinabé qui a fait ses débuts dans les médias en 2003. Dans cette entrevue, il nous raconte son parcours tumultueux mais heureux. Un exemple montrant que la passion est très importante dans l’exercice d’un métier.

Top c’est parti en 8 questions !

1-Rarili News : Bonjour Daouda ! Présentez-vous à nos lecteurs et résumez-nous votre parcours universitaire.

Daouda Sané : Bonjour Maimouna. Je me nomme Daouda Sané, journaliste-animateur radio-télé, présentateur de spectacle. J’ai un parcours universitaire plutôt atypique. J’avais l’envie de faire la faculté de communication (la seule faculté à l’université de Ouaga qui exige un concours) mais malheureusement, j’ai échoué au concours d’entrée  (rires). Du coup, je me suis inscrit en sciences économiques et gestion. Après la 2ème année j’ai finalement eu l’occasion de faire la Fac de communication et journalisme. Mon dernier diplôme est une maîtrise en marketing et relation publique.

2-Rarili News : vous venez de fêter 15ans de carrière dans les médias… Expliquez-nous vos débuts dans cette aventure sans doute passionnante pour vous.

Daouda Sané : j’ai commencé de façon professionnelle le 4 août 2003. Mais, ce sont des années en amont à fréquenter les couloirs de radios à la recherche de stage. J’ai rencontré beaucoup de personnes mais personne ne voulait me donner l’occasion de montrer mon talent (j’étais encore étudiant). C’est drôle vous savez, parce qu’aujourd’hui ces gens me demandent des services (rires..). Mais, je ne suis pas rancunier, je me dis plutôt que grâce à eux j’ai eu plus de courage et d’envie d’exercer ce métier. Pourtant en la matière, même mes proches m’ont dissuadé de pratiquer ce travail. Bref, j’ai finalement eu l’occasion grâce à Yves De MBella  (qu’il soit remercié) animateur et promoteur dans l’évènementiel, de rencontrer la première fois celui qui par la suite deviendra mon premier patron.

3-Rarili News : Beaucoup vous ont découvert en tant qu’animateur dans l’émission l’Afrique à un incroyable talent auprès de Konnie Touré… Comment  avez-vous décroché un tel rôle sachant qu’il existe plein d’autres animateurs sur le continent ?

Daouda Sané : Incroyable talent ? Waou (rires…)

Maimouna, je pense que c’est parti d’une interview avec Youssou N’dour. Comme on le fait après un entretien téléphonique, on envoie une copie à l’invité par principe et lui voit l’exploitation faite de l’interview. Le même jour, Cheick Traoré de son équipe administrative m’appelle parce qu’il souhaite me présenter quelqu’un qui avait bien écouté l’entretien. L’intéressé était à la recherche d’un présentateur pour une émission. Pour être précis c’était Michelle Lahana chargée du casting. Après échange, elle me demande de lui envoyer une vidéo pour appréciation, voire si ça m’intéressait de participer au casting. Ça tombait bien puisque je faisais déjà de la télé. Le lendemain, je lui ai envoyé un extrait de mes émissions. Jusqu’ici je ne réalisais toujours pas ce qui se passait Maimouna (rires…). Je me disais toujours que c’est un canular mais je jouais le jeu quand même…

Deux jours après,  sans réponse j’ai enterré l’affaire. Au 3ème jour, après avoir oublié mon téléphone portable au studio radio, je le trouve avec une dizaine d’appels en absence et d’un seul avec un +33… Je rappelle que c’était Michelle.  Allo Daouda… Ça t’intéresse plus de bosser avec nous sur le projet ? Moi : bien-sûr !!!!

Je saurais plus tard qu’ils avaient également regardé mon compte facebook qui déjà les avait séduits.

4-Rarili News : A cause de cette émission beaucoup d’africains pensent que vous êtes ivoirien dans bien de pays… Pourtant vous êtes burkinabé et vous dirigez même un média à Ouagadougou. Parlez-nous de ce média ?

Daouda Sané : ivoirien (rires.) il y’en a qui pense que je suis sénégalais pour mon teint, mon nom ou ma taille (rires..). Non, pour ainsi dire un burkinabé né en Côte-d’ivoire qui porte un nom de famille qu’on trouve également en Casamance. Il y a même là-bas une chanson en hommage à  Daouda Sané, un homonyme parfait (rires…). Pour  tout vous dire Maimouna, j’appartiens à qui le veut, je suis un fils du continent. Et ça c’est parfait.

Pour revenir à l’autre question, j’étais directeur des programmes de WAT FM et 3 TV (254 du bouquet). J’étais, parce que depuis un mois j’ai décidé de travailler sur mes projets personnels que j’ai dû mettre dans les tiroirs parce qu’occuper par mes activités professionnelles.

WAT FM et 3 TV appartiennent à un groupe. Tam-tam groupe presse, qui en plus des deux médias a également une structure de production. Le Boss est un ancien homme de médias. On existe depuis deux ans, et par la grâce de Dieu aujourd’hui on est super bien positionné.

5-Rarili News : Vous voyagez beaucoup et vous côtoyez plusieurs personnes chaque jour… Finalement qu’est ce que vous gardez de si fort en termes de carrière professionnelle ?

Daouda Sané : De si fort ? Je pense que j’ai la chance de faire le métier que j’aime, dès fois je me demande pourquoi on me paie Maimouna (rires…) non mais sérieux. C’est une grâce que de pouvoir faire plaisir à son prochain, ça nourrit mon âme. J’ai la chance de voyager, de découvrir des Hommes et des pays, même si je suis impatient de venir à Conakry. J’ai rencontré des Hommes extraordinaires venant de la Guinée, simples et bons. Des artistes supers de Bembeya Jazz à Soul Bang’s… !

Grâce à « Incroyable talent », j’ai su qu’il y avait des formations artistiques là-bas, c’est énorme. Malheureusement, nous les africains nous ne vendons pas assez nos pays. C’est bien dommage ! Et moi c’est ce qui m’intéresse aujourd’hui…

Pour revenir, je retiens l’amour que je reçois, comme cet instant. Vous, vos lecteurs et moi… C’est magique non Maimouna ? Je ne serai jamais assez reconnaissant, Merci.

6-Rarili News : Quel message à l’endroit des jeunes africains qui veulent être journalistes, animateurs… Que faut-il pour réussir ?

Daouda Sané : la réussite est subjective, je crois. J’aime cette posture en tout cas… Celui qui conseille (rires…). Tout ce que je sais ce qu’il faut faire ce métier par passion, pas pour devenir célèbre ou pour devenir milliardaire mais par passion, que par passion encore une fois de plus. Parce qu’il faut faire face à des difficultés souvent primaires. Pour apprendre, il faut continuer et ne pas céder. Je te promets qu’il (le résultat) est au bout reconnaissant, comme toute chose faite par passion. Parce que faire ce métier, ce n’est pas construire des immeubles mais des vies.

7-Rarili News : Vous devez être fier de votre carrière j’imagine… Vous faites des heureux sans doute et vous avez beaucoup de fans que vous ignorez …En dépit de tout cela, quels sont vos projets ?

Daouda Sané : j’avais un projet mais ce n’est plus le cas puisque j’ai décidé il y a tout juste un mois de le mettre en œuvre… C’est moi (rires…). C’est pourquoi j’ai décidé de quitter la direction des programmes. En gros, j’ai envie qu’on quitte les grands discours pour des actes concrets et pas seulement les politiques. Et je veux jouer ma partition en tant qu’homme de médias et de culture en participant à garder ce rêve africain. Pour moi, l’ ‘’Afrique est un pays ’’ Maimouna et nous devons le traduire par nos actes. On est emmené à se reparler inch’Allah pour que je te donne mon bilan.

8-Rarili News : Quel regard portez-vous sur la Guinée et quel message pour cette jeunesse que vous avez un peu côtoyé à travers l’Afrique a un incroyable talent ?

Daouda Sané : la Guinée j’ai envie de la découvrir. C’est le seul pays de l’ouest que je n’ai pas encore visité, j’espère vraiment la voir cette belle Guinée. En attendant, je garde la beauté de ses artistes que je ne rencontre pas seulement à ‘’Incroyable Talent’’ mais également sur la scène de différents festivals. Je reste émerveillé, Bravo ! Aux jeunes, n’ayez pas peur de vos rêves.

Rarili News : merci Daouda Sané !

Daouda Sané : merci Rarili News !

News publiée par la rédaction