29 Nov 2020
ad
HomeSportSport GuinéeFeguiFoot : Aucune charge retenue contre Salif Super V et Cie !

FeguiFoot : Aucune charge retenue contre Salif Super V et Cie !

Trois accusés sur quatre étaient présents dans la salle, il s’agit de Monsieur Salif CAMARA (Super V), ancien président de la fédération guinéenne de football, Monsieur Ibrahima Blasco BARRY, ex secrétaire de la fédération guinéenne de football, Aboubacar Morthon Soumah ancien comptable. Ils sont poursuivis pour abus de confiance et atteinte à images d’autrui.

Sans un rapport adressé au parquet les anciens dirigeants sont accusés pour détournement de deux montants, 28 milliards de francs guinéens et 834.000 euros.

Le procureur général près du tribunal de première instance de Kaloum, « cette situation n’honore pas le football guinéen », étant le poursuivant, qu’il n’a aucune charge contre les accusés, les 28 milliards étaient dans le compte de la fédération guinéenne de football, et les 834.000 Euros étaient destinés à un cabinet qui devrait continuer des dossiers pour l’obtention de la CAN de 2019 et 2021 offert par MTN Areeba. Les accusés ont fait savoir que ce montant a permis à la Guinée d’être retenue candidate à l’organisation de la CAN2023 reportée en 2025, pendant l’audience, ce qui a retenu l’attention de la cour,  » le cabinet d’audit qui a travaillé sur le dossier, est un cabinet qui appartient a un ami d’enfance de M. Mamadou Antonio SOUARÉ, (Mory CISSÉ) et ce qui est officiel, un cabinet d’audit serait traité à hauteur de 5000 DS par an, mais la société GBM a payé 40% des 73000 DS durant la période de l’audit du cabinet Mory Cissé. »

Les avocats de la défense ont fait comprendre que les PV de l’audition de M. SOUARÉ à la DPJ ont disparus. Ce lundi 16 novembre 2020, le tribunal de première instance de Kaloum a déclare Salifou Camara Super V, Ibrahima Blackso Barry, Boubacar Morthon Soumah et Aly CAMARA non coupables pour délits non constitués et les a renvoyé aux fins de la procédure.

Par ailleurs, le tribunal a condamné la partie civile aux dépens de la procédure. La partie civile a dix jours pour interjeté à l’appel.

VOS COMMENTAIRES CI-DESSOUS :