ads

Le jeune rappeur Maxime BK, évoluant dans la maison de production ‘’welden Prod’’ était notre invité dans les locaux de Rarili News. Auteur des clips ‘’Khalice’’ ou encore ‘’Ko men Bandi’’ en featuring avec Tati Tati, des titres qui ont été bien accueillis par le public, Maxim BK a récemment balancé un autre clip intitulé ‘’Ko Diantoun’’ qui cartonne actuellement. Dans cet entretien, le rappeur nous détaille le contenu de sa nouvelle œuvre, livre ses début dans sa carrière musicale en passant pour son projet d’album.

Ton nouveau son s’intitule ‘’Ko Diantoun’’, pourquoi ce titre ?

« Ko Diantou c’est un concept qui signifie en poular “rien que la paix”. Je n’ai pas fait ce choix par hasard, avant j’ai fait trois projets, on a clippé le son Khalice qui est un projet rap, on est revenu avec Tati Tati en featuring. Après j’ai décidé de sortir un projet qui va être un pont entre les deux projets précédents. Du coup c’est une façon pour moi de de dire que j’arrive encore en paix avec une tranquillité dans la tête et qu’il y a d’autres projets qui viennent dans le futur ».

Tu dis que tu arrives en paix, par contre on dirait un coup d’Etat quand tu dis : “Avant moi il n’y avait personne que tu me valides ou pas, fuck le capitanat j’ai brulé le brassard”, qu’en dirais-tu ?

« Non pas un coup d’Etat, déjà ça c’est un truc que je dis depuis le départ en 2013, je dis qu’avant moi il n’y avait personne et moi je pense que jusque-là je suis en train de le prouver, parce que rares sont ceux qui peuvent tenir 5 ans dans le Game et qu’on continue toujours de parler d’eux. Les autres ils ont commencé ça ne fait même pas deux ans et du coup mois je sais qu’avant moi il n’y avait personne à travers tout ce que je suis en train de faire jusque-là. Pour moi je n’ai pas encore fait 40% du travail. ».

Dans ton nouveau son tu chantes en Français, Poular, Soussous et Malinké avec des sonorités purement traditionnelles, comme la flûte, est-ce une stratégie musicale ?

« Ben oui c’est une stratégie musicale et c’est une façon d’authentifier le rap. Moi je trouve que c’est un truc qui nous manque beaucoup ici. Quand on prend les autres pays, le Sénégal par exemple, ils font tout pour valoriser leur culture et de mettre en avant leurs sonorités en fait. Je pense que dans le rap aujourd’hui, on ne le fait pas assez chez nous et c’est un truc très important. Pour moi c’est une façon de vendre notre culture encore plus à l’international ».

Est-ce que tu t’inspires aussi d’autres artistes ?

« Malheureusement non, vu que je n’écoute meme pas trop la musique. Si je vous dis que ça fait entre deux-trois ans que je ne connais pas c’est quoi l’actualité musicale, un artiste peut sortir il cartonne et tout mais je ne le connais pas. Parce qu’aujourd’hui ça aussi c’est une erreur, à force d’écouter une personne, tu risques d’emprunter soit des flows, soit des punchlines et moi j’ai envie d’être très très authentique, très spécial sortir des trucs qui viennent de moi-même ».

Comment tu t’es lancé dans la musique ?

« Par amour, par ce que c’est un truc que j’aime, je sais aussi que c’est mon talent, c’est quelque chose qui est innée en nous qui dort en nous et qu’on peut travailler afin de ressortir nos potentialités. J’ai commencé par écrire des scénarios, je suis très passionné par l’écriture, mais à l’époque je le faisais en cachette parce que ce n’était pas facile. Tu ne peux pas venir un bon jour dire à Maman ou Papa je veux faire de la musique. Du coup j’écrivais des petits trucs je faisais des enregistrements dans un ordinateur, on a lâché les sons les gens ont écouté après j’ai eu un bon retour. C’est ce qui m’a le plus encouragé à foncer ».

Ça été quoi le déclic avec les parents ?

« Le papa était très énervé quand il l’a appris parce que mon père est strict il n’y a que les études et le coran qui les intéresse, du coup quand il l’a appris, il était très remonté contre moi, mais vous savez nos daronnes elles sont là pour nous. C’est Maman qui l’a un peu apaisé. Après il dit écoute je ne suis pas contre le fait que tu sois rappeur mais il ne faut pas que tu lâches les études au profit de la musique. Après ne change pas reste toi-même. Pas de cigarettes, pas d’alcool pas de bêtises, si tu fais ça on est tranquilles ».

Tu as un projet d’album ?

« Oui j’ai un projet d’album. J’ai eu à travailler dessus durant presque deux ans. C’est quand j’ai signé avec Welden, on a élaboré une feuille de route j’ai déjà travaillé sur le track list, tous les titres sont faits, on est en train de travailler sur les featurings des grands artistes nationaux et internationaux. Je crois que ça va certainement sortir dans l’année 2021 Inshaallah ».

Avec quel artiste rappeur guinéen voudrais-tu faire un featuring sur le plan national et international ?

« Déjà vu que j’ai fait avec Djanii, plusieurs de la nouvelle génération, à moins que ça ne soit les anciens peut être Phadouba, Masta G. A l’international, j’ai déjà Didi B dans mes viseurs, Niro, suspect 95 »…

 


Kadiatou Baldé

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
tt ads

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *