ads
Ibrahima Bah connu sous le nom d’artiste Straiker est un jeune rappeur de la nouvelle génération qui a fait ses preuves dans ce milieu. Il y a quelques jours, il a dévoilé son clip ”Poullosophe” qui a enchanté plus d’un. De par ses paroles, son flow, sa sonorité, ou encore la réalisation du clip, Straiker a pu battre un record en nombre de vues. 
S’inspirant généralement de l’actualité, ce jeune talentueux a su capter l’attention de plusieurs fans à travers ce clip qui met en valeur la culture peule. Dans cette interview qu’il nous a accordé, il nous en dit un peu plus sur le clip et donne son point de vue sur le rap guinéen.
 
Parle-nous du clip  Poullosophe.
Poullosophe c’est le dernier clip que j’ai sorti. C’est l’intro de mon prochain projet qui ne va pas tarder à venir. Il parle surtout de la philosophie peule, il représente en gros la culture et les mœurs de la communauté peule, quelle soit sa situation géographique dans le monde. Ce clip met aussi et surtout en valeur la culture guinéenne dans son ensemble.
 
Dans le morceau, on entend des sonorités d’instruments traditionnels. Est-ce une stratégie musicale ?
Oui, bien sûr, parce qu’avant tout il faut chercher l’authenticité dans ce que nous faisons. J’ai envie de cette touche parce qu’on a tellement de choses à prendre, à puiser dans notre culture. Il ya Bembeya Jazz, la musique pastorale d’avant, … Donc pourquoi pas mixer ça au rap pour sortir quelque chose d’authentique ?
 
Ce clip a reçu un accueil formidable, tout le monde a apprécié. Comment tu vis cela ?
Ça fait plaisir. Justement, quand tu sors un projet, tu aimerais bien que les gens y valident tout ce qui s’y retrouve. Et les retours sont jusque-là positifs donc Dieu merci. De passage je remercie mon équipe, et surtout  S.PRO  Record, pour la réalisation. Ce n’est qu’une fierté, ça me fait plaisir. C’est vrai que je n’ai pas fait le clip pour des records et tout, je l’ai fait pour satisfaire mes fans et surtout vendre la culture guinéenne. Dieu merci, je l’ai vendu en deux volets parce que je représente la culture guinéenne et vu qu’il a fait des disques, les autres pays vont bientôt s’intéresser à la musique guinéenne.
 
Dans ce clip, tu es en feat avec ISO X qui rappe en wolof. Explique-nous ce passage ?
C’est quand j’ai fini d’écrire tout le son que j’ai vu qu’il manquait une petite touche de wolof parce que tout simplement l’instru a été réalisé par Gbalagche du Sénégal et que moi c’est un pays que j’aime bien. J’ai beaucoup de fans sénégalais qui me suivent donc je suis pourquoi pas leur faire plaisir ? Alors à la fin j’ai fait appel à ISO X. Je lui ai dit de juste faire quelque chose qui pourrait toucher les gens. Et dans ce passage, il parle de l’importance de s’attacher à sa culture et à ses origines. ”L’homme doit connaître ses origines”.
 
Selon toi comment se porte le rap guinéen ?
Le rap guinéen actuellement, je ne dirais pas qu’il se porte bien. Il est en état de convalescence et il est en train de se réveiller parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’avant, il n’y avait que le rap qui s’imposait en Guinée. Dieu merci aujourd’hui, c’est en train de revenir. Inchaallah, dans deux à trois ans, sur sera au sommet de tout ce qui est vraiment tendance.
 
Ton mot de la fin ?
Merci Rarili News pour ce que vous faites pour la culture guinéenne, parce que ce n’est pas tout le monde qui s’intéresse à ce que font des jeunes comme moi, indépendants. Merci aux straikers et straikeuses.
On vous invite à visualiser le clip qui est désormais à plus de 400.000 vues sur YouTube.

 

Kadiatou Baldé

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
tt ads

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *