26 Sep 2019
HomePeople AfriqueJupiter Davibe : « Cela n’a pas été facile… comme toute famille peule »

Jupiter Davibe : « Cela n’a pas été facile… comme toute famille peule »

toute l'actualité sur Jupiter Davibe

 L’auteur de « Africa by night », Jupiter Davide, est un chanteur compositeur qui, à travers ses tubes et clips « c’est compliqué », « je n’y arrive pas », ou encore « Matin midi soir » sortis entre 2017 et 2019, ont conquis le cœur des guinéens. Avec une belle voix dans un style polyvalent, son talent et sa qualité de musique, le guinéo-béninois dans ses vibes colorées et les émotions qu’il communique à travers ses chansons a su se démarquer et se faire une place dans la musique urbaine en Guinée voir même à l’international.  De son slogan « Faabelan », à son parcours, en passant par ses projets, le prince peul nous dit tout dans cet entretien qu’il nous a accordé.

Rarili News : Qui est Jupiter Davibe ?

 D’abord de mon vrai nom Ibrahim Bah, je suis artiste chanteur et producteur qui fait de l’afro-rnb (et polyvalent), né au Benin d’origine guinéenne ».

Rarili News :  Explique-nous pourquoi ce surnom : Jupiter Davibe ?

 Jupiter définit une chose me concernant par ce que je suis quelqu’un de très spirituel et fan des astres, donc Jupiter c’est comme mon objectif, la grandeur de ce que je vise et justement quelque chose qui nécessite du travail. Je me suis donné ce nom pour me permettre à chaque fois de me dire que je ne suis pas arrivé, il faut encore plus travailler parce que j’ai un nom qui me permet de ne pas avoir de limite. Davibe par ce que je suis un fan de mélodie : j’aime la mélodie, et puis voilà tant que c’est une bonne vibe ça passe ».

 Rarili News :  Comment tes parents ont vécu ton orientation musicale ?

 Cela n’a pas été facile surtout comme toute famille peule. Mais je pense que, quand on arrive à un niveau où on se rend compte que quelqu’un tient à quelque chose très fort et surtout qu’il se donne les moyens d’y arriver, c’est difficile de l’empêcher de s’arrêter… donc c’est à ce niveau que mes parents ont compris que la musique était ma vie, ma passion, mon travail et aujourd’hui ils savent que c’est mon boulot. Donc ça n’a pas été facile du tout ».

Rarili News : Parle-moi de ton parcours musical ?

 J’ai commencé la musique tout petit au Benin et j’ai été élu 4 fois meilleur artiste rnb : en 2010, 2013 deux fois et 2015. Ensuite j’ai vécu 10 ans aux Etats-Unis où j’ai poursuivi mes études et j’ai fait beaucoup de concerts, de tournées en Europe, en Afrique, aux Etats Unis » …

 Rarili News Dans toutes tes chansons tu mentionnes « Faabelan » pourquoi et qu’est-ce que ce là signifie pour toi ?

 C’est mon slogan, ma signature. Déjà je ne suis pas né ici, je n’ai pas grandi ici et pour moi, c’était une façon de faire un clin d’oeil à mon pays la Guinée, à ma culture. Je me disais que je chante en Français mais la façon pour moi de me rapprocher un peu plus à ma culture, c’ était d’ajouter le peul dans mes chansons. Faabelan c’est une humilité, en fait c’est une façon de dire au monde qu’on a toujours besoin des autres ».

 Rarili News :  Sachant que tu es né au Benin et as grandi làbas. Pourquoi avoir choisi la Guinée pour s’y installer et faire carrière ?  Et Comment as-tu pu intégrer le milieu musical guinéen ?

Parce que la Guinée c’est chez moi et je savais que j’allais revenir tôt ou tard. Je veux souvent être en avance sur tout et j’ai préféré rentrer tôt que tard. Pour être honnête je n’essaye pas d’intégrer quelque chose, je suis venu j’ai ma musique, je pense avoir mon public que je dois encore développer de plus. J’essaie d’appliquer ma touche et ma ligne droite. Donc je suis cool avec la plupart des artistes guinéens. On se connait et je suis un gros fan du groupe Banlieuz’art ».

 Rarili News :  Tu fais des tournées un peu partout dans le monde : en Amérique au Canada, Bénin, Côte d’Ivoire, Gabon… Pourquoi pas à l’intérieur de la Guinée ?

 D’ailleurs je suis de Labé et je ne suis jamais aller de ma vie. Au fait je n’aime pas précipiter les choses, je suis le genre de personne qui aime bien faire les choses. C’est-à-dire c’est comme si je dois faire un morceau ou un clip ou un concert, même s’il faut que je fasse 3 mois, 6 mois ou un an pour le faire, je préfère prendre ce temps là et bien le faire. Du coup je suis arrivé, j’ai commencé par Conakry et je me suis encore dis de bien faire les choses ici avant d’aller à l’intérieur. Après inchaallah c’est le but, et je sais que Labé c’est chez moi et les gens me réclament ainsi qu’à Mamou Pita, Kankan, Kamsar N’Zérékoré… Mais je vais le faire petit à petit ».

 Rarili News : parle nous de ton dernier clip « Africa By night » sorti il y’a quelques jours ? Et Quelle est ta source d’inspiration ?

« Africa By night c’est mon nouveau bébé, c’est un morceau dont je suis très fier parce qu’il m’a déjà fait sortir d’une zone de confort, que les gens me connaissent. C’est un son rnb, calme, love, pure où j’ai voulu montrer une autre image de moi, m’amuser un peu plus comme ce sont les vacances. Ensuite c’est un morceau sur lequel je veux vraiment faire ressortir mon côté Guinéen et approfondir ma connaissance des autres langues. Donc c’est un big up à l’Afrique mais l’Afrique depuis la Guinée ».

Parlant d’inspiration au fait c’est ma vie qui m’inspire et l’écoute car j’écoute beaucoup, j’observe beaucoup. Et après comme l’on dit c’est la nature qui dirige.

 Rarili News : Dans tes chansons on retrouve le français, l’anglais, le poular, le soussou et même le malinké… Comment tu arrives à mélanger toutes ses langues et donner un bon résultat à tes mélomanes ?

 C’est mon secret à moi, ma méthode de travail. Quand j’écris personnellement je me mets souvent à la place de la personne qui écoute donc quand j’introduis une langue deux ou trois phrases il faut que je m’assure pour que ça soit intégré à un endroit où même celui qui ne parle pas la langue, ne soit pas déranger ou gêner ».

 Rarili News :  Quel est ton coup de cœur parmi toutes tes chansons et pourquoi ?

Dans toutes mes chansons, je dirais que c’est « Africa by night » et après « je n’y arrive pas » parce que je ne l’avais pas écrit pour le public je l’avais écrit pour moi, c’était une thérapie personnelle. J’avais envie d’écrire sur quelques choses qui ne représente pas que les autres, qui me représente aussi moi. Je suis un lover mais à cœur dur donc c’était ma petite confession personnelle et après mon équipe m’a convaincu de la sortir ».

 Rarili News : Parle-nous de ta vie personnelle ? Jupiter est-il marié ou fiancé ?

« Je ne suis pas marié ni fiancé. Je suis dans ma carrière, je suis compliqué donc c’est difficile. » (Rire)

 Rarili News :  Quelles sont tes projets à court et long terme ? 

 A court terme la promo de « Africa by night », j’ai une tournée africaine je vais bouger dans deux semaines pour le Sénégal, Cote d’Ivoire ensuite Paris après un festival de musique aux Etats-Unis et mon album qui sortira en décembre prochain. A long terme, installer mon label de musique en Guinée, faire de la production et essayer de faire des choses en tant qu’artiste… quand tu reçois faut savoir aussi donner ».

 Rarili News :  Ton Mot de la fin ?

 Je vous remercie parce que ça reste une façon pour moi de pouvoir m’exprimer, de parler à mes fans et à ceux qui me suivent. Donc merci à Rarili et à tous ceux qui croient en moi ».

 

 

Pour tous ceux qui n’ont pas encore vu le nouveau clip de Jupiter Davibe « Africa By Night »… à découvrir ci-dessous :

 

 

 

Entretien réalisé par Kadiatou Baldé