21 Nov 2019
HomePeople AfriqueLes cadres l’AGS dans les rues pour célébrer fête de la musique

Les cadres l’AGS dans les rues pour célébrer fête de la musique

C’est par un carnaval dans la commune de Kaloum que l’Agence Guinéenne de Spectacle a célébré la fête internationale de la musique ce vendredi 21 juin 2019.

Contrairement aux éditions précédentes, cette année, la célébration de la fête internationale de la musique n’est pas passée inaperçue chez l’Agence Guinéenne de Spectacle. Pour immortaliser cette journée du 21 juin, les cadres de cette institution ont organisé un carnaval allant de leur direction générale passant par la direction du Bureau Guinéen des Droits d’Auteurs, du Ministère des Sports, de la Culture et Patrimoine Historique et le grand carrefour de l’ambassade de France.

Selon le Ministre des Sports, de la Culture et Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow, ce projet est soutenu par son département.

A cette occasion, le ministre s’est adressé aux amoureux de la musique : « Je souhaite bonne fête à tous les hommes de musique. Je souhaite bonne fête à tous les citoyens, parce qu’on dit il n’y a pas de vie sans eau, mais aussi il n’y a pas de vie décente sans musique.  Quand il y a la musique, les gens sont sans stress et tout le monde est content. Donc aujourd’hui, ce n’est pas seulement la fête de la musique, c’est la fête de tous les citoyens. Donc bonne fête à tous ces hommes valeureux intelligents qui créent pour déstresser les homes sur terre…».

Pour la Directrice Générale de l’Agence Guinéenne de Spectacle, la fête de la musique, ce n’est pas une fête pour les professionnels de la musique.

« C’est une envie qu’on a eu de lancer ce carnaval. J’espère que l’année prochaine, on le fera très bien (…) On ne peut pas aller voir les partenaires sur quelque chose qu’on n’a jamais expérimenté. Il faillait que l’Agence Guinéenne de Spectacle prend en charge cette première opération pour que l’année prochaine on appelle plus d’organisateurs et d’amateurs, parce que le but c’est de faire en sorte que les amateurs découvrent notre univers », explique Sayon Bamba.

Puis d’ajouter : « On a décidé d’investir les rues et de travailler avec les musiciens traditionnels, parce que beaucoup pensent que la musique c’est seulement les orchestre, or les instruments traditionnels restent les ancêtres de tous les instruments comme pour rappeler que la musique vient de l’Afrique profonde et ses valeurs profondes. C’est aussi une façon pour nous de célébrer ces instruments et de dire qu’ils ont leur place dans le patrimoine musical du monde», a souligné Sayon Bamba.  

 

Aboubacar Fodé Bangoura