ads
Située à Taouyah en face de la Maison des Jeunes, EmAF est une maison de mode, d’art et de décoration intérieure. Son slogan, “l’élégance à l’africaine”, décrit bien sa raison d’être : la promotion du contenu local africain ! En effet, 99% du contenu de la boutique est fabriqué en Guinée. 
 
Tenues africaines, miroirs double-face, cannes, tableaux et objets d’arts et de décoration y sont à la portée de tout le monde. Inauguré il y a quelques semaines, ce local attire déjà une belle clientèle. Emma y travaille en étroite collaboration avec d’autres tailleurs et possède son propre atelier.
 
Pour en savoir un peu plus sur cette maison de mode à l’africaine, qui captive le regard dès qu’on en franchit la porte, nous sommes allés à la rencontre d’Emma Safietou Diakité, fondatrice et gérante.
 
Amoureuse des ciseaux, cette jeune fille dégage une énergie, un courage et une passion pour son métier. Dans cet entretien, elle nous parle des créations de sa boutique, de ses ambitions et elle laisse un message à la femme guinéenne.
 

                                                       
 
Présentez-nous votre boutique-atelier.
EmAF est une maison de mode, d’art et de décoration africaine. Son activité principale repose sur la conception, la confection et la vente de tenues afro tendance, et parallèlement, sur un événement annuel de la mode, l’Afro Fashion Night.
 
Et pourquoi une maison d’art ? Parce qu’à EmAF, on retrouve de la sculpture, des tableaux, des petits objets d’arts qui rajoutent à notre touche africaine. Et pour la décoration à l’africaine ? C’est un service que nous avons proposé récemment à nos clients : nous aménageons leurs habitations, leurs lieux de travail, de loisir… À travers une décoration authentique, basée sur l’originalité et la créativité de l’Afrique.
 
Comment vous est venue l’idée de créer un tel espace ?
L’idée est venue de très loin… Depuis l’enfance, dès l’âge de 5 ans, je faisais des dessins de mode, des coupes, … Être dans la mode, c’est un projet que je nourrissais. Par la suite, j’ai été beaucoup plus focus sur les études. Je me disais qu’après l’université, j’aurais le désir d’entreprendre et de voler de mes propres ailes. C’est de là qu’est partie l’idée de création d’EmAF.
 
Je l’ai lancée sur les réseaux sociaux au Maroc lorsque je faisais mes études. Après avoir formalisé la création de l’entreprise, à travers des expositions et des défilés, je me suis fait remarquer au Maroc. Une fois en Guinée, j’ai régularisé mon entreprise au niveau de l’APIP. Ensuite, je me suis concentrée sur l’ouverture de ce local.
 
Vos objets sont-ils fabriqués en Guinée ?
Bien sûr, à 99% ! Toutes nos créations sont faites ici, en Guinée et dans les environs. Pour les 1% restants, bien que nous utilisions beaucoup de tissus faits en Afrique (tels que le kerdeli, le leppi, le bagga, le pagne de la forêt sacrée, les pagnes du Burkina Faso, …), certains de nos tissus wax nous viennent de l’extérieur. Mais nous les mélangeons avec nos textiles pour garder de l’authenticité, parce qu’après tout, notre slogan c’est “l’élégance à l’africaine”.
 
Avec ces tissus, nous créons nos tenues. Étant styliste par passion, je travaille beaucoup plus sur le design et les modèles, pour faire comprendre à mes tailleurs la vision que j’en ai. Nous sommes dotés d’un petit atelier de couture dans lequel nous confectionnons certaines de nos créations et nous collaborons aussi avec des tailleurs d’ici.
 
Vos ambitions ?
Depuis toute petite, j’ai compris que je ne devais pas limiter mes ambitions. On a commencé très petit et aujourd’hui on est en train de grandir. À la longue, nous voulons élargir nos activités.
 
On a commencé avec la mode. On a ensuite inséré l’évènementiel, les objets d’art et la décoration intérieure. Nous sommes partis d’un petit point pour en arriver là. Plusieurs défis nous attendent demain. L’essentiel est que ce nous faisons s’inscrive toujours dans le cadre de notre vision de l’élégance à l’africaine et que nous continuions la promotion du contenu local et des valeurs africaines.
 
Un message à toutes les femmes guinéennes qui voudraient être financièrement indépendantes ?
Naturellement ! La femme guinéenne n’est pas que belle physiquement. Ce que j’aimerais lui dire, c’est qu’au-delà de sa beauté physique, elle a une beauté intellectuelle qu’elle peut exploiter. Elle a forcément un savoir-faire qui pourra être “son premier mari” et lui permettre d’être indépendante financièrement. Quand une femme est épanouie financièrement dans une société, c’est un grand pas en avant.
 
Je pense aussi que cette indépendance nourrie par une passion, un savoir-faire, est une manière de lutter contre beaucoup de maux que les femmes rencontrent actuellement.
 
Pour finir, aimeriez-vous rajouter quelque chose ?
Je remercie le site Rarili News de m’avoir permis d’échanger, d’extérioriser ce que je pense par rapport à toutes les questions que nous avons abordé. Je remercie aussi tous ceux qui me liront.
Kadiatou Baldé
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
tt ads

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *