Littérature | Interview avec Ahmad Doukouré, l’enseignant poète au parcours singulier !

CultureLittérature
Views: 103

Puisqu’aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années, osons proposer le jeune Ahmad Doukouré pour illustrer cette assertion de Corneille. Ce jeune homme, écrivain, enseignant à l’Institut de Langue Arabe de l’université de Médine, tout en poursuivant un diplôme d’études supérieures en Éducation, a obtenu cette année le titre non négligeable de Magister Juris en Droit islamique.

Ahmad Doukouré est né en Guinée. Diplômé de l’université Koffi Annan, chercheur, voyageur, essayiste et poète, il est conseiller religieux et consultant en Droit comparé.

En dépit de toutes ses responsabilités, il s’est prêté au jeu des questions réponses avec notre rédaction.

Ahmad, vous êtes l’un des rares africains à exercer le métier d’enseignant dans une université arabe. Comment vivez-vous cela?
Je vis cela avec un sentiment de fierté, de grandeur et de bonheur. Je crois que c’est la définition même de l’aristocratie intellectuelle.

D’abord, se nicher dans sa chambre à la recherche des bons mots, des belles phrases, de la bonne stratégie. Tout cela entre dans les lignes des auteurs les plus sérieux.

Ensuite, sortir pour rencontrer mon ami, l’enseignement. Comme disait Jules Michelet : « l’enseignement, c’est une amitié ». Vous imaginez donc mon sentiment ?

Vous êtes auteur et vous possédez deux œuvres à votre actif. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Oui, je m’exerce à l’écriture très souvent, quand le temps m’est favorable. Mon premier ouvrage, c’est Le Cri d’Askia, publié en 2017 chez Edilivre. Un recueil de poèmes qui nécessite une réédition je crois, puisque truffé d’erreurs et même de fautes.

Mon second livre, Les Saveurs du Rouge, a été publié en 2021 aux éditions L’Harmattan.

Vous êtes aussi consultant politique. Avez-vous une opinion sur ce qui se passe en Guinée ?
Mon opinion sur la Guinée actuelle est partagée. Elle me rend très perplexe et il m’est difficile de la situer. Elle est confuse en elle même et j’évite de m’exprimer quand je vois flou dans les événements.

En ce moment, j’observe, j’apprends et je prie beaucoup pour la Guinée.

Quel est votre leitmotiv ?
C’est Dieu, et comme disait Victor Hugo : « Dieu est derrière tout ». J’aime être en contact avec Dieu. Il me parle très souvent. Dieu aime parler, surtout à travers la nature.

Fatima Koné

Tags: , , , ,

Vous pouvez aussi aimer

Sports | Premier League : Pas de vainqueur entre City et Liverpool de Naby Keita
Musique | Djanii va se produire sur l’un des plus grands podiums au monde, le Bataclan !

Auteur

Articles les plus lus

No results found.
Menu