20 Jan 2021
ad
HomeLifestyleQueen’s Interview – Fatima Koné : « Honnêtement oui ! Je me voyais remporter le concours depuis le début… »

Queen’s Interview – Fatima Koné : « Honnêtement oui ! Je me voyais remporter le concours depuis le début… »

rarilinews, queen's interview
Fatima Koné, étudiante en licence 3 en Logistique à UNIC, a trois couronnes à son actif dont, celle de Miss RTG 2019. Elle a toujours fait preuve de ténacité et d’ingéniosité dans sa capacité à être Ambassadrice d’une entité. Aujourd’hui elle revient sur son élection de Miss RTG, et nous confie certaines choses sur son ONG et sa détermination à aider sa communauté.
Interview de Fatima Koné
1. Peux-tu nous raconter comment tu as été sélectionnée pour participer à l’élection “Miss RTG 2019” ? Te voyais-tu remporter cette élection au début ?
Comme tous les autres concours auxquels je me suis présentée, j’ai participée aux castings. Et c’est parce que j’ai été fidèle à ma personnalité d’autant plus que c’est un concours basé sur la beauté intellectuelle que celle physique, la validation de ma candidature a été évidente.
Honnêtement oui ! Je me voyais remporter le concours depuis le début, parce qu’aucune de mes concurrentes ne me faisait peur.
2. Selon toi, quelles sont les bonnes qualités que doit avoir une miss ?
Pour moi une Miss doit avoir une bonne ouverture d’esprit, parce qu’elle doit pouvoir capter tout ce qui se passe dans son environnement pour monter ou assister au montage de projets d’aide à sa communauté.
3. Es-tu encore étudiante ? 
Je suis encore étudiante oui, en licence 3 de logistique et transport à UNIC.
4. Depuis plus d’un an maintenant tu as créé ton ONG, c’est quoi son objectif principal ?
A IRIS nous avons 3 objectifs qui sont :
1• L’éducation de base,
2• Promotion des livres et auteurs guinéens,
3• L’autonomisation des femmes enceintes, des jeunes en général.
Mais chaque année nous nous focalisons sur un seul point pour mener des actions. Cette année c’est le point 2*, c’est pourquoi nous avons organisé plusieurs actions autour du livre, et que nous parlons pour cette fin d’année de l’événemement ‘’Miss Littérature’’ qui va dans le cadre de la promotion des auteurs guinéens d’aujourd’hui et de leurs œuvres.
5. Pourquoi t’être lancée dans ce combat ?
Mise à part certaines situations dont j’ai été témoin qui m’ont poussé à m’y lancer, je pense sincèrement que ce sont des volets dans lesquels mon pays la Guinée a besoin de plus de force et plus d’aide.
Et le choix du mandat pour cette année a été une évidence. Le programme éducatif a besoin de fraicheur dans l’enseignement des œuvres et leurs auteurs. Il y a près de 800 nouveaux auteurs guinéens et en intégrer certains dans notre programme ne peut que booster les acquis de « Conakry capitale mondiale du livre » et de participer au projet de Conakry capitale Africaine du livre à l’horizon 2030.
6. Comment IRIS se bat pour atteindre ses objectifs ?
A IRIS on fonctionne sur fond propre à travers deux types de cotisations, les cotisations mensuelles et celles extra ordinaires des membres. Et nous mènons des actions à notre auteur financièrement, c’est ainsi que nous gagnons en crédibilité auprès des institutions qui nous entourent et qu’aujourd’hui nous arrivons à lancer la première édition de Miss littérature en Guinée.
7. C’est qui la femme qui t’inspire le plus ? Et pourquoi ?
La femme qui m’inspire le plus, c’est ma mère ! Je n’arrive pas à m’identifier en une autre femme parce que, ma mère elle est plus que parfaite.
8. Pour finir, où te vois-tu dans 5 ans ?
Dans 5 ans, je ne me vois plus à la tête d’IRIS. Je me vois entrain d’accomplir d’autres projets personnels et d’entreprenariat.
VOS COMMENTAIRES CI-DESSOUS :