22 Apr 2019
HomeLifestyleSally Bilaly Sow : l’exemple d’un jeune à suivre !

Sally Bilaly Sow : l’exemple d’un jeune à suivre !

Sally Bilaly Sow est diplômé en Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises (MIAGE) à Labé.

C’est un développeur web et coordinateur de l’association ‘’villageois 2.0’’. Sally est également community manager du groupe Hadafo Médias (Espace Fm, Espace Tv, Sweet Fm, Kalac Radio et Espace Foutah). Ce jeune passionné du numérique est membre du réseau ‘’Africtivistes’’, contributeur de la chaine ‘’Les Haut-parleurs’’ et co-fondateur de la startup ‘’YitereStudio Studio Œil’’.

Récemment, il a été nominé parmi les cents jeunes les plus influents en Afrique de l’ouest par la « Confederation of west African Youth ». Il livre ses impressions à la rédaction.

 « Ce fut un nouveau challenge et une nouvelle charge. Le défi est encore là dans la mesure où comme vous savez, je vis à l’intérieur du pays. Je me dis que partout où nous vivons nous pouvons être utile à notre Nation, pas à Conakry uniquement. Aujourd’hui,  notre capitale est saturée et tous les jeunes veulent y venir, pourquoi ? Je me pose la question parce que les opportunités ne manquent pas à l’intérieur du pays où d’ailleurs le coût de la vie est moins cher et l’impact peut être facilement mesurable. Je ne contraindrai pas aux jeunes d’y rester mais le développement c’est à la base. Aujourd’hui, grâce à l’avancée technologique nous pouvons vendre nos villes qui sont ‘’touristiquement’’ riches. »

Sally Bilaly adore l’intérieur du pays. Ses activités principales s’effectuent  peut-être sur la toile mais, ses projets sont avant tout “villageois”. Il nous présente son association ‘’les villageois 2.0’’  et déballe les projets à moyen terme de cette communauté.

« Les villageois 2.0 sont une communauté physique et virtuelle dont la mission est de sensibiliser la jeune génération aux risques et opportunités apportés par les nouvelles technologies, pour promouvoir les droits de l’homme et le contrôle citoyen de l’action publique. Mon constat est simple, aujourd’hui chaque jeune est équipé d’un téléphone portable et se connecte en permanence sur les réseaux sociaux.  Résultat : pour nous, le numérique est une arme contre le sous-emploi. L’association Villageois 2.0 forme les citoyens gratuitement sur les avantages de l’information et de la communication, au blogging et au vlogging (blog avec des contenus vidéos). Nous voulons juste démontrer aux guinéens que le numérique est une arme contre le sous-emploi encore une fois. Il y’a plusieurs opportunités sur internet qu’ils doivent connaitre pour les exploiter au mieux et celà passe absolument par la formation. La liberté d’expression aussi est un combat que nous chérissons. C’est pourquoi sur notre site www.lesvillageois.org. Ce sont des élèves et étudiants qui s’expriment.

 Nous avons plusieurs initiatives en perspective. Dans les prochains mois, nous sillonneront beaucoup de villages et quelques villes à la rencontre des citoyens afin de partager avec eux notre petite expérience. Nous n’avons certes pas un secret  mais, ce n’est pas toutes les personnes qui oseront emprunter les routes boueuses de l’intérieur du pays et aller se mettre gratuitement au service des communautés. »

C’est fort de ses arguments patriotiques que notre jeune amoureux des villages et de la toile nous parle d’immigration. Un sujet qui est devenu un fléau social et qui interpelle tous aujourd’hui, Sally Bilaly Sowdonne son avis sur cette actualité.

 « S’agissant de l’immigration clandestine, l’eldorado existe partout et l’eldorado que les jeunes partent chercher est très difficile d’en obtenir. Dépenser plus de 5000 euros pour aller dormir dans les rues, je trouve cela peu réfléchi. Cet argent aurait été utile pour eux ici dans n’importe quel domaine qu’ils souhaiteraient entreprendre. Certes nous ne pouvons pas nier que la mauvaise gestion et la corruption sont érigées en mode de gestion dans notre pays, mais l’immigration clandestine ne pourra jamais résoudre nos maux. »

Des jeunes formés en Guinée et qui réussissent en Guinée existent. Réduisez vos plaintes et forgez votre carrière. C’est possible de s’en sortir. Nos efforts sont souvent des résultats forts.

News publiée par la rédaction