Santé | Mohamed Lamine : « Le lavage des mains, moyen clé pour réduire la propagation des infections »

Lors de la saison pluvieuse à Conakry, les maladies épidémiques sont inévitables. Afin d’explorer plus en profondeur les maladies les plus courantes durant cette période et les moyens de prévention pour la population, nous avons rencontré Mohamed Lamine Camara, membre du personnel du centre médico-chirurgical interarmées au camp Almamy Samory Touré de Kaloum.

Pendant la saison des pluies, quelles maladies épidémiques touchent le plus la population ?

Plusieurs maladies sont à craindre pendant la saison des pluies, notamment le paludisme qui est la principale menace durant cette période, ainsi que la salmonellose (fièvre typhoïde), la dengue et le choléra. Cette liste, bien qu’elle ne soit pas exhaustive, permet de souligner l’étendue du risque.

Quels sont les symptômes associés à ces maladies ?

Dès l’apparition des premiers symptômes d’une maladie infectieuse, tels que fièvre, fatigue physique, maux de tête, il est essentiel de consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous orienter, si nécessaire, vers un spécialiste des maladies infectieuses et tropicales ou un infectiologue.

Quelles sont les maladies les plus fréquentes pendant la saison des pluies ?

Les maladies les plus répandues pendant cette période comprennent notamment :

  • Les maladies infectieuses gastro-intestinales (dysenterie, choléra, intoxications alimentaires)
  • Les affections cutanées infectieuses (leptospirose, pied d’athlète, conjonctivite)
  • Les maladies respiratoires (grippe, pneumonie)
  • Les maladies transmises par les moustiques (paludisme, dengue, encéphalite japonaise).

Quelles mesures prendre en cas d’épidémie ?

Les mesures de prévention et de contrôle des infections sont cruciales pour protéger les personnes vulnérables aux infections, tant au sein de la communauté qu’en milieu médical. L’élément clé de la prévention et du contrôle des infections réside dans le respect de l’hygiène. Pour ce faire, cinq mesures éprouvées peuvent être mises en place :

  • Mettre en œuvre un programme d’hygiène rigoureuse des mains.
  • Nettoyer et désinfecter l’environnement et l’équipement.
  • Observer les précautions au contact des patients colonisés ou infectés par des bactéries résistances.
  • Effectuer des dépistages du staphylocoque doré résistant à la méticilline et de l’entérocoque résistant à la vancomycine à l’admission et à d’autres moments.
  • Fournir régulièrement des rapports sur les taux d’infection aux professionnels en première ligne et à la direction de l’hôpital.

Comment prévenir ces maladies ?

Le moyen le plus crucial pour réduire la propagation des infections est le lavage des mains. Il est important de se laver les mains fréquemment avec du savon et de l’eau. Si cette option n’est pas possible, un désinfectant à base d’alcool contenant au moins 60 % d’alcool peut être utilisé. Dormir sous une moustiquaire et maintenir la propreté de l’environnement sont également essentiels pour éviter ces maladies.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.