C’est désormais officiel, aucun club féminin guinéen ne représentera le pays lors des éliminatoires de la zone A.

Le Comité exécutif de la Fédération Guinéenne de Football a rencontré ce mercredi 16 juin au siège de l’institution les membres du Bureau exécutif de la Ligue Guinéenne de Football Féminin (LGFF) et les responsables des clubs féminins évoluant dans le Championnat National de Ligue 1.

Le Président Antonio Souaré a affiché sa satisfaction par rapport à l’engagement des acteurs du football féminin pour le rayonnement de cette discipline. Dans la même lancée, il a invité les uns et les autres à redoubler d’efforts, afin que les objectifs fixés soient atteints au niveau du football féminin.

À la sortie de cette rencontre, le Bureau exécutif a décidé :

“Le Comité exécutif de la FeguiFoot, la LGFF et les responsables des clubs de Ligue 1 ont décidé d’un commun accord de n’engager aucun club guinéen dans les éliminatoires de la Ligue des Champions Féminine (Zone A), qui doit se dérouler au Cap-Vert, en raison des contraintes financières et des conditions d’octroi de la Licence Club.”

Suite à ce choix délibéré, la Guinée ratera cette édition 2020-2021.

Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour de la réunion ordinaire du Comité exécutif de la Fédération Guinéenne de Football, qui s’est tenue ce mercredi 9 juin au siège de l’Institution, sous la conduite du Président Antonio Souaré.
 
Les membres du Comité exécutif, ayant pris acte du contenu du dernier courrier de la FIFA demandant l’arrêt de toute activité liée au processus électoral, ont longuement échangé sur le sujet.
 
Ils ont aussi évoqué les dispositions à prendre pour l’accueil des membres de la mission conjointe FIFA-CAF attendue à Conakry avant la fin de ce mois de juin.
 
La désignation du club féminin devant représenter la Guinée lors des éliminatoires de la Ligue des Champions de la Zone A au Cap-Vert était également au centre des débats.
 
À cet effet, les membres de la réunion ont décidé d’organiser rapidement un match d’appui entre le Horoya AC et JT Kamsar, en collaboration avec la Ligue Guinéenne de Football Féminin, pour déterminer le représentant du pays à cette compétition.
 
La participation des clubs guinéens aux Interclubs de la CAF était également à l’ordre du jour de la réunion.
 
Les membres du Comité exécutif ont souligné la nécessité pour les prochains représentants du pays en campagne africaine de respecter scrupuleusement les conditions posées par la CAF pour l’obtention de la Licence Club, qui est une obligation pour participer aux Interclubs (Ligue des Champions et Coupe de la Confédération).
 
Enfin, s’agissant du regroupement du Syli National en Turquie, la réunion a apprécié les bons résultats obtenus par la Guinée face à la Turquie et au Kosovo, tout en regrettant la défaite surprise enregistrée contre le Togo.

La Cour d’appel a rejeté l’appel de la Fédération Guinéenne de Football à l’encontre de l’ancien président de la Feguifoot, Salifou Super V Camara, d’Ibrahima Blasco Barry, d’Aboubacar Morthon Soumah et d’Aly Camara.
 
Il faut rappeler que concernant une autre poursuite, pour délit d’abus de confiance non constitué, une décision avait été rendue en novembre 2020 par le TPI de Kaloum.
 
Cette fois-ci, la Cour a solidairement condamné Antonio Souaré et la FeguiFoot au paiement de 500 millions de francs guinéens, soit 50 mille dollars US, pour la réparation des préjudices causés aux prévenus.
 
La Fédération Guinéenne de Football à l’ère d’Antonio Souaré perd de nouveau dans un procès.

Pour la suite et fin de ce feuilleton de la Fédération Guinéenne de Football, les instances en charge de la gestion du football seront à Conakry dans le but de rencontrer les différentes parties pour une sortie de la crise qui sévit sur cette association.

Après le report du congrès électif de ladite fédération suite à un courrier de la FIFA qui demandait de surseoir à toute activité liée au processus électoral, une nouvelle lettre a été adressée au secrétaire général de la FeguiFoot. Elle Annonce une mission conjointe de la FIFA et de la CAF en Guinée dans les jours à venir.

 

Depuis la publication d’un article par nos confrères de Conakry Sports, plusieurs médias ont tenté de faire réagir Ibrahima Diouldé Diallo, l’agent de sportifs. Cette semaine, le responsable de l’agence Dioulde Sport Management a répondu aux questions de notre rédaction et nous informe qu’une plainte a été formulée contre l’administrateur du site en question. 
 
Dans une publication de nos confrères, votre nom est cité dans une histoire évinçant la candidature de Kerfalla KPC Camara dans sa conquête de la présidence de la Fédération Guinéenne de Football. Dites-nous votre avis sur cela.
C’est vrai qu’il y a quelques semaines, mon nom a été associé de façon diffamatoire et mensongère à une tentative de nuire à la candidature de KPC à la présidence de la FGF.
 
Le journal en ligne Conakry Sports, à travers son administrateur Issiaka Touré alias Yvon Leroux sis à Dakar, a publié le 4 mai 2021: “Congrès FGF : Comment Diouldé Diallo, agent de joueurs, tente d’invalider KPC” avec ma photo comme fond de publication. Ce journaliste, pour des raisons que j’ignore, a écrit cet article à charge plein de mensonges et de diffamations sans pouvoir fournir une preuve de ce qu’il affirme et ainsi jeter mon nom en pâture comme étant un ennemi au développement du football guinéen.
 
Pourquoi avez-vous pris du temps avant de réagir à cette affaire que vous considérez être une diffamation ?
Si je n’ai pas réagi depuis ce jour, c’est pour deux raisons, la première étant le respect du mois saint de Ramadan au moment de la publication, mois de pénitence et de méditation. La deuxième était que j’avais décidé, sur conseil de mes avocats, d’attaquer l’intéressé et le site en ligne en justice pour diffamation et nous étions en train de monter un dossier pour porter plainte à Dakar, lieu de résidence de Issiaka Touré alias Yvon Leroux. C’est désormais chose faite car ce n’est pas la première fois que je suis visé par cette personne et son site.
 
Le site vous accuse d’avoir porté plainte contre le club de KPC au niveau de l’instance suprême FIFA, au sujet d’un joueur ivoirien. Quelle est votre version ? 
Je tiens d’abord à démentir et condamner avec la dernière énergie le contenu de cette publication et je le réitère encore, je n’ai rien à voir avec les faits cités dans cette publication. Au contraire, j’ai été celui qui a tout essayé pour éviter que ce problème n’arrive à la FIFA. Je vous présente les faits tels qu’ils sont. En effet, en début de saison 2019-2020, j’ai été sollicité par le Hafia FC pour leur recrutement en vue de la saison qui commençait, celle de la Ligue des Champions CAF. J’ai réussi à envoyer 10 éléments (un entraîneur et 9 joueurs) qui ont tous été signés. Koné, joueur par lequel ce problème est survenu, faisait partie du lot et avait signé un contrat 2 ans.
 
3 mois après sa signature, le Hafia FC décide unilatéralement de rompre le contrat du joueur sans indemnités et arrête sans préavis de payer son salaire.
 
Lorsque j’ai été mis au courant de la situation, j’ai essayé par tous les moyens de trouver une solution à l’amiable en proposant même au club de payer quelques mois d’indemnités au lieu des 2 ans de contrat, et je me suis engagé auprès du joueur à lui trouver aussitôt un nouveau club. Le Hafia FC a rejeté ma proposition et a même interrompu le versement de son salaire. Face à cette situation, le joueur, visiblement frustré du traitement et se sentant lésé dans son droit, a pris un avocat sans m’avertir, parce que selon lui j’étais plutôt favorable au club de mon pays. Il a porté plainte contre le Hafia FC auprès de la FIFA pour non-respect des engagements contractuels.
 
C’est par le Hafia FC, le 2 novembre 2019, que j’ai eu vent de la plainte. Le club m’a transféré la notification envoyée au club. Une fois au courant, j’ai immédiatement contacté le joueur car c’était pour moi une surprise d’entendre qu’il avait porté plainte contre son club à mon insu. Il m’a répondu avec un message via WhatsApp pour m’expliquer ses motivations.
 
Après examen du dossier, la FIFA a condamné le Hafia FC au payement total des 2 années de contrats. La FeguiFoot a été aussitôt saisie par le Hafia FC pour signifier que moi, Diouldé, avait porté plainte contre eux auprès de la FIFA.
 
Face à cette situation, est-ce que la Fédération a cherché à connaître les dessous de cette histoire entre vous et le Hafia FC ?
Le Président Antonio Souaré, en tant que premier responsable de notre football et aussi comme un aîné toujours disponible pour les autres, m’a contacté le 15 juillet 2020 pour me faire part de la situation et mieux la comprendre.
 
Je lui ai alors fourni toutes les preuves de ce que j’affirme (discussions avec le joueur et le club). Comprenant la situation et mon innocence dans la plainte contre le Hafia FC, et lui-même étant membre de la commission statutaire des joueurs de la FIFA et président d’un club qui à plusieurs reprises a eu à résilier des contrats à l’amiable, il a conseillé au Hafia FC de se soumettre au jugement et de s’acquitter du paiement pour éviter d’éventuelles sanctions envers le club. Le football est régi par des lois qui sont connues des acteurs du milieu et leur non-respect est sujet à des sanctions par les instances.
 
Connaissant votre attachement aux valeurs du football guinéen et à son développement, auriez-vous eu le courage d’envoyer un club guinéen devant la Haute Cour du football mondial ? 
En ce qui me concerne, mon objectif premier a toujours été d’aider les clubs guinéens, notamment le Hafia FC, dans leur campagne africaine et locale. Et en vrai patriote, je n’ai demandé aucune commission d’agent au Hafia FC lors de la signature des 9 joueurs et de leur entraîneur, pas même un centime, malgré le fait que tous ces joueurs étaient déjà des internationaux avec leur pays respectifs et sortaient chacun d’une saison parfaite. Ensuite, malgré l’élimination en Ligue des Champions par l’Étoile du Sahel, KPC m’a personnellement appelé pour me remercier après la victoire de Conakry et malgré la lourde défaite en Tunisie. En effet, mes joueurs étaient sortis du lot avec des prestations honorables et 3/4 des buts du club en championnat la saison passée étaient à leur actif.
 
Votre mot de la fin, manager Dioulde ?
J’ai lu beaucoup de spéculations à ce sujet, mais aussi beaucoup de personnes qui m’ont défendu avant même d’avoir entendu ma version et envoyé des messages. Par la présente, je vous remercie du fond du cœur et m’excuse de n’avoir pas pu répondre. J’étais très pris par des occupations qu’il était pour moi important de terminer avant d’entamer cette procédure. Mais sachez que vos messages et commentaires me vont droit au cœur.

Autre épisode dans le feuilleton du processus électoral de la Fédération Guinéenne de Football.

Après la sortie du président de la commission électorale Aboubacar Koïta à l’égard du président de la commission d’éthique Amadou Tham Camara, la réponse n’a pas tardé.

Dans la journée de ce jeudi 27 mai, le président Amadou Tham Camara a infligé une sanction à l’endroit du président Koïta.

 

Après la décision de la FIFA de surseoir au congrès électif de la Fédération Guinéenne de Football le mardi dernier, le comité exécutif de la FeguiFoot s’est réuni ce jeudi à son siège à Teminètaye pour énumérer plusieurs points.
 
En ce qui concerne le premier point, les membres du comité exécutif ont échangé sur le contenu du courrier de la FIFA, qui demandait à la Fédération de surseoir à l’organisation de l’Assemblée générale élective du 18 mai 2021, en raison de certains manquements constatés dans le processus électoral.
 
La réunion a pris acte des recommandations de la FIFA et a décidé de travailler avec les instances supérieures du football (FIFA et CAF) pour une meilleure organisation de la prochaine Assemblée générale élective de la FeguiFoot.
 
Il a également été question des matchs amicaux en vue pour le Syli national lors de la fenêtre internationale FIFA (31 mai au 15 juin 2021), dans le cadre des préparatifs des éliminatoires du Mondial 2022 qui débuteront au mois de septembre prochain.
 
Le football féminin était aussi à l’honneur avec les éliminatoires de la CAN féminine, de la Coupe du Monde féminine U-17 et de la Coupe du Monde féminine U-20.
 
Le Comité exécutif a décidé de prendre toutes les dispositions nécessaires, en collaboration avec le Ministère en charge des Sports, pour une bonne représentativité de la Guinée sur la scène internationale.
 
S’agissant des Interclubs de la CAF, la réunion (qui a tenu compte du récent courrier de la CAF relatif à la demande d’engagement des clubs en Ligue des Champions et en Coupe de la Confédération avant le 30 juin prochain) a abouti au constat selon lequel il n’est plus possible d’organiser la Coupe nationale de Guinée, compte tenu de ce délai très court.
 
Par conséquent, le Comité exécutif a décidé que les quatre clubs les mieux classés du Championnat national de Ligue 1 représenteront la Guinée dans les Interclubs de la CAF : les deux premiers en Ligue des Champions, les 3ème et 4ème en Coupe de la Confédération.

Le congrès électif de la Fédération Guinéenne de Football était initialement prévu ce mardi 18 mai à Conakry. Fort malheureusement, il n’a pas eu lieu suite à la décision de la FIFA d’y surseoir.
 
Le richissime Kerfalla Camara, dans la course à la présidence, s’est plié à cette décision de l’instance suprême du football mondial. Il a adressé au public le communiqué suivant.
 
“J’ai pris connaissance du contenu de la lettre adressée par la FIFA lundi 17 mai à la Fédération Guinéenne de Football : courrier relatif à la tenue de L’Assemblée Générale élective prévue ce mardi 18 mai, pour le renouvellement des instances dirigeantes du football national.
 
La FIFA a émis des recommandations en vue de restaurer la confiance et faire en sorte que les élections aient lieu, le moment venu, dans le respect total des statuts et règlements de la FGF.
 
Ce message adressé à toute la famille du football Guinéen et notamment aux candidats, exprime la volonté d’engager la Fédération dans un processus électoral régulier et transparent qui garantira la légitimité des futurs dirigeants élus, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. J’adhère pour ma part à toute initiative susceptible d’aboutir au renforcement de la cohésion et la crédibilité du football guinéen, tout en privilégiant aussi l’intérêt national.
 
Aussi, en attendant que toutes les conditions d’une élection ouverte et transparente dont les résultats s’imposeront à tous soient réunies, je souhaite profiter de l’occasion qui m’est donnée pour réitérer mes sincères remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont soutenu ma candidature et demeurent mobilisés derrière moi dans la perspective de mon élection à la présidence de la FGF.
 
Je n’ai pas de doute que les meilleures décisions seront prises dans le sens de l’intérêt suprême du football Guinéen, que je me suis engagé à servir ; et que je servirai avec le soutien de toutes les bonnes volontés qui s’exprimeront dans le même sens, sans jamais ménager mes efforts.”
La gestion interne du football guinéen une préoccupation de tous les acteurs du football mondial. La Guinée est dans l’oeil du patron du football mondial Gianni Infantino, qui attire l’attention du pays sur son manque de respect des principes établis par la FIFA dans l’organisation des élections.
 
“La Guinée est actuellement en train d’élire le Président de sa Fédération et j’ai des informations selon lesquelles ce pays s’est habitué à ne pas respecter les principes des lois en la matière. Je suis très préoccupé par l’évolution du football en Afrique, donc si la Guinée essaye de manquer aux normes, je serais très implacable face aux sanctions qui devront suivre”, a-t-il déclaré en guise d’avertissement.