Après avoir fait de la sensibilisation contre le coronavirus sur toute l’étendue du territoire, le groupe de graffiti Guinée Ghetto Graff a eu l’idée, à travers l’art urbain, d’honorer nos valeureux musiciens guinéens décédés.
 
Sur les murs de Dabondy, ces graffeurs rendent hommage à plusieurs artistes disparus, notamment Abdoul Jabbar, Navigator, Mory Kanté, Kerfalla Kanté et Sory Kandia. Pour immortaliser ces légendes guinéennes, le groupe a dressé de magnifiques portraits de ces artistes, qui ne passent pas inaperçus.
 
Pour en savoir un peu plus sur ce projet d’hommage, nous sommes allés à la rencontre d’Omar “Chimère” Diaw, membre fondateur du groupe de graffiti Guinée Ghetto Graff, qui nous a parlé de cette belle initiative placée sous le thème “La Guinée rend hommage à ses fils”.
 
 
Comment vous est venue l’idée de rendre hommage à ces artistes guinéens ?
L’idée est venue suite au décès de notre grand frère Abdoul Jabbar, qui était un proche à moi. J’avais décidé que si j’avais les moyens, je ferais une grande fresque pour honorer tous les musiciens décédés de la Guinée, car ils ont hissé la musique guinéenne hors de nos frontières. Comme nous sommes des artistes graffeurs, nous devons être impliqués dans tout ce qui se passe dans le pays. C’est la raison pour laquelle le crew Guinée Ghetto Graff a décidé de faire cette fresque.
 
 
Parlez-nous de ce grand projet.
Ce projet a été financé sur fonds propres. C’est une contribution de notre crew Guinée Ghetto Graff et c’est le prélude d’une Jam Session appelée Gnakry Jam Session, une rencontre bisannuelle de beaucoup d’artistes graffeurs de la Guinée et d’autres pays. Un Jam Session, c’est un mini festival graffiti dont le lieu change tous les 6 mois… La surprise dans ce projet, c’est qu’après cette grande fresque, nous allons partir dans chaque quartier où vivaient ces artistes représenter encore leur effigie.
 
 
Où en êtes-vous dans la réalisation de cette fresque ?
Nous avons fait d’abord Navigator et Abdoul Jabbar en “lion king” (roi lion), symbole des rastas, et nous avons tracé l’esquisse de Mory Kanté. Demain même est la date de décès de Mory Kanté. Nous ferons notre possible pour finir son effigie aujourd’hui. D’ici le mardi inshaallah nous allons finir toute la fresque et faire une conférence de presse pour lancer cette Gnakry Jam Session. Nous annoncerons aussi tous les autres projets que nous comptons lancer cette année.
 
 
Pourquoi le choix s’est porté sur ces artistes ?
Le choix s’est fait dans un souci de représentation des légendes de plusieurs générations. Dans la nouvelle génération, on a commencé par le plus jeune, Navigator. Ensuite Abdoul Jabbar, Mory Kanté, Kerfalla Kanté et Sory Kandia. Ce sont tous des légendes de la musique guinéenne. Nous ne pouvions pas dessiner tous les artistes décédés de la Guinée, nous en avons choisi seulement quelques-uns pour tous les représenter.
 
 
Comment la population riveraine a accueilli ces peintures ?
Les gens ont accueilli à bras ouvert cette initiative. À chaque fois, nous entendons des mots d’encouragements et de félicitations des passants. D’autres ont commencé à prendre des photos. Il y a même des structures comme Anènè Boutique, avec notre Grand frère Niang et Medbi, qui sont passés nous appuyer. D’une manière générale, cette fresque a touché tous les fans de ces artistes.
 
 
En réalisant ces peintures, quel sentiment vous anime ?
Comme toujours, nous nous sentons utiles à ce pays. Non seulement on participe à l’embellissement de la ville mais nous sensibilisons aussi la population sur beaucoup de domaines, dans l’idée de transformer Conakry en capitale de la culture urbaine, avec des expositions d’art à ciel ouvert.
 
 
Votre mot de la fin ?
Je termine en remerciant toute les structures qui nous ont appuyé, notamment Yataagui avec RasCondel, Niang d’Anènè boutique, vous les médias pour les interviews et surtout tous les artistes graffeurs de Guinée Ghetto Graff qui ont travaillé d’arrache-pied sur ce projet : Alia Bangoura (Alkaline), Mohamed Touré (Black), Abdoulaye Camara (Popcaan), Kipstar, Arrenger, Black Mamba.
 
Merci Rarili News !

 

Kadiatou Baldé

Le milieu du terrain défensif du Syli national local s’est vu expulsé dès le premier quart d’heure face au Rwanda le dimanche dernier. 
Le milieu guinéen Mory Kanté écope de deux matches et serait suspendu pour les deux prochains matches du Syli National, pour avoir commis une faute grossière sur un adversaire, selon le jury disciplinaire de la CAF.
A cette occasion, le milieu de terrain guinéen ne jouera pas lors de la demi-finale contre le Mali, ainsi que le match de classement ou la finale.
La compétition s’arrête donc pour Mory Kanté dans ce CHAN, Cameroun 2020.

Après le décret du Président de la République portant sur le changement de nom de l’institut Supérieur des Arts de Guinée (ISAG) de Dubréka, qui portera désormais le nom de feu Mory Kanté décédé le 22 mai dernier, plusieurs hommes de culture ont réagi face à cette annonce.

À cet effet, le rappeur engagé Djanii Alfa, après avoir partagé la vidéo de « Bras cassé », un ancien homme de la culture qui se sent abandonné par l’Etat, le patron de G4life interpelle de nouveau ses confrères artistes à propos de la manière dont ils sont traités en Guinée.

« La Guinée n’a aucune considération pour l’homme de culture et comme je l’ai toujours dit, c’est de la faute aux artistes. Nous les avons permis de faire de nous de simples instruments de propagande. Artistes d’aujourd’hui, toutes disciplines confondues, si nous ne nous engageons pas, ne serait-ce que pour défendre notre domaine d’activité, nous n’aurons jamais de retraite. À 70 ans passés, si Dieu nous donne longue vie, nous nous retrouverons à mener des combats pour la reconnaissance de nos gloires perdues ».

Plus loin, Djanii estime que l’État n’a pas accompagné ‘’le Griot électrique ‘’ feu Mory Kanté, dans ses projets de son vivant: « si l’État guinéen avait accompagné Feu Mory Kanté dans son projet de centre culturel et d’écoles des arts de Guinée, y aurait pas eu besoin de rebaptiser L’ISAG ».

À travers un décret du Président Alpha Condé lu sur les antennes de la télévision nationale, ce mercredi 27 mai, l’Institution Supérieur des Arts de Guinée (ISAG) à Dubréka porte désormais le nom d’Institut Supérieur des Arts Mory Kanté (ISAMK).

Un geste salutaire qui vient d’immortaliser le célèbre artiste Mory Kanté décédé le 22 mai dernier à l’âge 70 ans. Il a rejoint sa dernière demeure 4 jours plus tard au cimetière de Kipé dans la commune de Ratoma

Que son âme repose en paix

 

Depuis le décès de Mory Kanté le célèbre artiste planétaire, les hommages et les messages d’adieux se multiplient un peu partout à travers le monde. L’artiste qu’on appelait aussi ‘’Griot électrique’’ a rejoint sa dernière demeure ce mardi 26 mai, où il repose désormais dans le cimetière de Kipé, prêt de ses parents.

Pour lui rendre hommage, le chanteur guinéen Kandia Kora aussi, amoureux de la Kora, lui dédie une belle mélodie uniquement avec le son de la Kora. Sans voix ni parole, Kandia Kora a fait parler son cœur avec une démonstration avec sa Kora.

À rappeler que Kandia Kora a déjà collaboré avec le monument de la musique africaine, Mory Kanté, sur son projet musical « Africa Stop Ebola » en 2014.

https://www.facebook.com/kkora/videos/1161504370852327/

La légende Mory Kanté a rejoint sa dernière demeure ce mardi 26 mai au cimetière de Kipé à Conakry. Plusieurs artistes, opérateurs culturels, membres du gouvernement, famille, amis et connaissances ont assisté au levé du corps du célèbre artiste Mory Kanté à l’hôpital de l’amitié Sino –guinéenne, où il a eu droit à plusieurs honneurs malgré la situation sanitaire.

Alors, les hommages et les messages d’adieux se multiplient pour l’auteur du tube ‘’Yèkè Yèkè’’. L’artiste Petit Kandia laisse un message à Mory Kanté, celui qu’on surnommait le griot électrique. L’auteur de l’album ‘’Du bien’’ promet que tous les artistes sont là pour relever le lourd héritage que ce dernier a laissé.

« Après avoir regagné ta dernière demeure en ce jour, je voulais juste t’envoyer ce petit message pour te dire que je pense très fort à toi. Lorsqu’il est difficile de regarder en arrière car trop de souvenirs, difficile de regarder en avant car peur de l’avenir, il faut regarder sur les côtés et voir que tous les artistes sont là pour relever le lourd héritage que vous nous avez légué.
Merci pour tout le Griot électrique et reposez-vous en paix
 ».

Décédé le vendredi 22 mai 2020 à Conakry, Mory Kanté, la star internationale a été inhumée ce mardi.

Loin de la Guinée depuis plusieurs mois, sa fille Manamba Kanté qui n’a pas pu assister aux obsèques de son père laisse un message d’adieu. Depuis la France avec son époux Soul Bang’s, elle ne reverra plus jamais son père.

Dans son message, elle lui réitère non seulement, son amour avec des prières, mais aussi elle regrette de ne pas être là pour lui serrer dans les bras pour la dernière fois.

« J’aimerais juste te serrer dans mes bras pour une dernière fois, comme tu aimais à le faire papa. Mais Dieu en a décidé autrement. Vas en paix éternelle. Que Dieu te pardonne, qu’il te facilite cette première nuit et qu’il t’accorde le paradis. Amen. Je t’aime ma fierté »

https://www.facebook.com/ManambaKanT/photos/a.513539895504512/1408548252670334/?type=3&theater

Quelques jours après le décès de la légende Mory Kanté, plusieurs artistes guinéens se mobilisent pour lui rendre un hommage à travers un projet musicale ‘’Pour qu’une légende reste vivante ”.

Décédé le vendredi 22 mai, le griot électrique et l’auteur du tube « Yèkè Yèkè » a rejoint sa dernière demeure ce mardi 26 mai à Conakry. Pour lui rendre hommage, plusieurs artistes notamment : Petit Kandia, Banlieuz’art, Instinct Killers, Espoirs de Coronthie, 2 Diaby, One Time, Degg J Force 3 et tant d’autres unissent leurs voix pour Feu Mory Kanté.

L’un des initiateurs de ce projet Abou M’baye, Manager du groupe Banlieuz’art revient sur l’objectif du projet. Il s’est exprimé sur son compte Facebook:

« Connaissant son amour pour la Guinée et pour le rayonnement de sa culture, nous estimons qu’il est de notre devoir en tant que fils, petits-fils, héritiers en part entière, d’enregistrer un single dont la réalisation réunit plusieurs artistes de registres différents. L’idée est de rendre un hommage au monument qu’il a été pour l’Afrique, à la boussole qu’il a été pour la musique guinéenne, au père et au conseiller qu’il a été pour certains artistes guinéens. “Pour qu’une légende reste vivante” est un projet musical qui rendra hommage à Mory Kanté. Sur ce, nous comptons sur la présence de tous les artistes et acteurs culturels guinéens afin qu’ensemble, nos voix maintiennent allumer l’étoile polaire que le griot électrique représentait pour la culture africaine ».