Dans Guinea Best Music, nous vous proposons quelques sorties musicales des artistes guinéens.
Ans-T Crazy, Sona Tata, Samba Junior, Zagazay, Wandian Démedi sont quelques artistes qui ont dévoilé des nouveautés musicales tout au long de la semaine. On vous invite à les découvrir ci-dessous.
Après la sortie de son clip « Wowlan selalan » qui a été bien accueilli, le jeune artiste de la musique pastorale Samba Junior revient avec un nouveau clip intitulé “Mi dogatama’’ (je ne vais pas te fuir).
Dans ce clip très dansant réalisé par Mety Med, le Pastoral King chante l’amour.

Après la sortie il y a quelque temps de ses hits Tökö ou encore Pé n’dénira, Ans-T Crazy vient de mettre à la disposition de ses fans un nouveau clip intitulé Balangny mödou.
Connu pour la créativité de ses œuvres, l’artiste a de nouveau frappé fort. Dans ce clip, il a fait appel au mouvement des sapeurs de Guinée (Mousapégui) dirigé par Kaba Wembalogie.

La chanteuse Sona Tata, épouse du célèbre artiste Sékouba Kandia Kouyaté, a dévoilé son nouveau clip vidéo intitulé « Faut Pas Oser ».

Le jeune artiste guinéen Zagazay propose à ses fans un clip intitulé Djiwo (fille). Un beau clip dans lequel l’artiste chante l’amour.

Le jeune artiste de la nouvelle génération, inspiré de la situation actuelle du pays, Wandjan Dimedi, a mis en ligne son nouveau single « Force Spéciale ».

Après la sortie de son clip N’nafamikhi il y a quelques semaines, l’artiste guinéen résidant en France, Tonton Kalil, revient avec une nouveauté musicale. Ce chanteur, compositeur et interprète de l’afro-manding rend hommage à la femme du richissime homme d’affaire de Guinée Kerfalla KPC Camara, le patron de Guicopress, dans un clip intitulé ‘’Ardjanna Safi madame KPC”.

Un clip très dansant produit par Ks Prod dans lequel l’artiste met en valeur le textile africain et guinéen en particulier

La journaliste et animatrice culturelle Aminata Diabaté, connue sous le nom de Mimiche, est nominée dans la catégorie ‘’Meilleure Influenceuse Web Panafricain’’ à la deuxième édition du Camp des Programmes de Leadership Africain (CPLA) au Togo.

Placé sous le thème : « Jeunes, femmes et numérique dans l’implémentation de l’agenda UA 2063 », le CPLA se donne pour mission non seulement d’encourager et d’inciter les jeunes et femmes à faire carrière dans les métiers du numérique mais aussi de valoriser ces métiers. Son but est d’impacter de façon positive et significative des communautés en transmettant des valeurs et acquis à travers un condensé d’activités diversifiées.

Mimiche comptabilise plusieurs abonnés sur les réseaux sociaux notamment Facebook et Tik Tok. Cette amoureuse du digital est fière de représenter le drapeau guinéen à cette compétition.

𝙇𝙞𝙚𝙣 𝙙𝙪 𝙑𝙤𝙩𝙚 : https://voting-influenceur.ghiyadaafrica.org/voter-pour/25

Après la sortie il y a quelque temps de ses hits Tökö ou encore Pé n’dénira, Ans-T Crazy vient de mettre à la disposition de ses fans un nouveau clip intitulé Balangny mödou.

Connu pour la créativité de ses œuvres, l’artiste a de nouveau frappé fort. Dans ce clip, il a fait appel au mouvement des sapeurs de Guinée (Mousapégui) dirigé par Kaba Wembalogie.

Maxim BK, ce rappeur qui n’est plus à présenter, est actuellement sur un projet de mixtape intitulé “Sanctum’’ et composé de 10 titres, qui sera bientôt disponible. Il s’agit de son deuxième projet mixtape après ‘’Méchant comme Ebola’’ sorti en 2019.

Dans une interview exclusive, l’auteur du titre ‘’Ko diamtoun’’ nous donne plus de détails sur cette nouvelle mixtape qui enverra sa carrière artistique dans une autre dimension. S’inspirant de thèmes de société, d’amour et d’ego trip, ce jeune talent promet un truc planétaire.

Tu es actuellement sur un projet d’une mixtape. Parle-nous en.

Je suis actuellement sur un projet de mixtape dont le titre est Sanctum, mais que je n’ai pas encore dévoilé sur les réseaux sociaux. Je publie tout le temps Sanctum mais les gens se demandent si c’est le titre d’un single qui doit sortir. Ils ne savent pas encore que c’est la mixtape
 
On y retrouve combien de titres et de featuring ?
Sanctum comprend 10 titres. Concernant les featuring, je n’ai pas encore tout calé, mais je pense que je vais aller sur deux featuring, un avec un artiste en herbe qui n’est pas trop connu, et pour l’autre, je vais choisir un gars de la nouvelle génération ou un de nos artistes déjà vedettes ici.
La date de sortie n’est pas officielle pour l’instant. Elle sera connue quand on lancera la phase de promotion.
 
À quoi tes fans pourront s’attendre avec ce projet ?
 
Mes fans s’attendent toujours à un truc lourd et quand j’arrive, ils savent toujours que c’est un truc de fou et je l’ai prouvé d’année en année et de projet en projet. Je n’ai jamais sorti un projet qui était moins chaud que le précédent. À chaque fois que j’envoie un truc, il est beaucoup plus balèze que le précédent. Alors ils peuvent s’attendre à un truc planétaire inshaallah.
 
Dans tes précédentes chansons, tu fais appel aux instruments traditionnels pour une touche particulière. Quelle sera la particularité de ce projet ?
Oui effectivement, il y aura la flûte, le balafon et le djembé. La particularité est que cette fois-ci j’ai osé essayer de nouveaux trucs que je n’avais pas l’habitude de faire. En quelque sorte, je me suis surpassé sur plusieurs plans pour ce projet. Donc ça, ce sera un truc carrément différent de tout ce que les gens attendent de Maxim ou de tout ce qu’ils ont déjà vu de moi du point de vue artistique. Même les clips seront différents.
 
Ton mot de la fin ?

J’appelle tous mes fans à rester concentrés et sereins. Moi je ne me compare à personne, j’essaie de me surpasser moi-même. J’essaie de faire les choses comme je pense être bon, j’écoute les conseils, mais pas tous. Je reste moi-même, rien ne peut venir me faire changer les idées. Je reste focus sur tout ce que je fais . Donc je demande à tous mes fans de continuer à me donner de la force…

Ce lundi 20 septembre, les acteurs culturels ont été reçus par le Colonel Mamady Doumbouya. À la sortie de cette concertation, ils ont fait savoir aux nouveaux dirigeants du pays qu’ils souhaitaient voir un des leurs à la tête du département de la culture, c’est-à-dire un homme ou une femme de culture (artiste, opérateur culturel, etc).

Sur ce sujet, le chanteur Abraham Sonty aussi appelé Koundou Waka trouve que la demande de certains artistes qui réclament le poste de ministre de la culture est ‘’une insulte’’. C’est lors d’un direct que l’artiste a fait connaître son opinion vis-à-vis de certains de ses confrères.

« Il y a certaines personnes parmi nous, nos confrères artistes, qui sont en train de nous insulter chaque jour. L’injure qu’ils nous font est inadmissible et inacceptable. Je ne cite pas les noms des gens, mais dès que je parle, tout le monde doit se retrouver dedans et savoir à qui je m’adresse… Toi qui te dit artiste, va apprendre à chanter. Nous on est en train d’apprendre comment être les meilleurs pour conquérir le monde, mais toi qui est là en tant qu’artiste débutant, qui n’a rien fait d’abord comme record, tu proclames que tu veux être un directeur des artistes, ou bien ministre de la culture »…

Plus loin, l’homme aux pieds magiques précise et persiste :

« Aucun artiste ne va être ministre de la culture sauf s’ils marchent sur nos cadavres. Personne ne va être ministre de la culture… Moi je ne peux accepter à ce poste que des promoteurs qui en ont la capacité. Là je peux accepter mais ce n’est pas le moment de parler de “je veux être ceci ou cela”. On doit accompagner le CNRD pour le travail commencé. »

Dans son intervention, l’auteur du titre ‘’Pompe à eau’’ dit être déçu de certains artistes qui n’ont pris part à cette rencontre que pour leurs propres intérêts

« Le Guinéen défend son propre intérêt. J’ai été déçu quand j’ai vu certains artistes qui sont partis là-bas à cause de leurs propres intérêts ».

Suivez l’intégralité de la vidéo ci-dessous.

Comme on vous le disait dans l’un de nos précédents articles, la musique guinéenne sera fortement représentée aux AFRIMA Awards 2021. Avec son clip ‘’Kobolé’’, extrait de son tout premier album sur le marché du disque guinéen, le jeune artiste de la musique urbaine, King Alasko, est nominé dans la catégorie ‘’Meilleur Clip Africain’’ de cette compétition internationale.

L’auteur de l’album ‘’Allah nou wali ‘’ qui a été un véritable succès est en compétition avec Maitre Gim’s et Mohammed Ramadan avec le clip ‘’Ya habibi’’, Diamond Platnumz et Koffi Olomidé avec ‘’Waah’’ et tant d’autres artistes.

À rappeler que les votes de cette édition qui met en lumière les artistes africains sont programmés du 27 septembre au 20 novembre. Les résultats seront dévoilés du 19 au 21 novembre 2021.

Bonne chance au jeune et talentueux King Alasko qui en est à sa toute première compétition internationale.

 

 

De nombreux artistes guinéens sont nominés aux All Africa Music Awards (AFRIMA), une cérémonie qui récompense et célèbre les œuvres musicales, les talents et la créativité sur le continent africain tout en promouvant son patrimoine culturel.

Pour cette édition 2021, les AFRIMA Awards se tiendront du 19 au 21 novembre à Lagos et la musique guinéenne sera fortement représentée dans plusieurs catégories.

Avec son hit ‘’La patronne’’ qui a dépassé la barre des 7 millions de vues, Djélikaba Bintou est nominée dans trois catégories : Artiste Révélation de l’Année, Meilleur Artiste de la Pop Africaine et Meilleure Artiste Féminine d’Afrique de l’Ouest.

Quant à son mari Azaya, le Messi de la musique guinéenne, il est nominé dans la catégorie Meilleur Artiste Masculin de Musique d’Inspiration Africaine avec son clip ‘’Allah le kabon’’. Dans cette catégorie, Azaya sera en compétition avec plusieurs grands artistes de la musique africaine comme Patoranking, Iba One, …

Manamba Kanté, avec son clip ‘’Wooussai woussai’’ est nominée dans la catégorie Meilleure Artiste Féminine d’Afrique de l’Ouest. La femme de Soul Bang’s sera en compétition avec : Yemi Alade, Tiwa Savage, Djélikaba Bintou ou encore Aya Nakamoura.

Les votes débuteront le 27 septembre 2021 et prendront fin le 20 novembre 2021.

À l’issue de l’année scolaire 2020-2021, le taux de réussite au baccalauréat unique a été de 25,36%. Sur un total de 77 560 candidats, seulement 19 669 ont été déclarés admis, selon une information rendue publique par le Ministère de l’Éducation.
En terme de séries, le plus faible taux de réussite national, 16,48%, a été enregistré en Sciences Sociales. Mais dans ce sombre tableau, certains parcours nous redonnent le sourire.
Nous sommes allés à la rencontre de Mamadou Barry, un bachelier qui a été premier de l’école Bill Gates, un établissement privé situé dans la commune de Ratoma. Très heureux de son résultat, Mamadou Barry nous a confié le secret de sa réussite ainsi que son choix d’orientation. Il a aussi laissé un message aux autres candidats qui n’ont pas décroché le bac.
 
Vous avez décroché la première place au baccalauréat dans votre établissement. Quel est votre secret ?
Mon secret, c’est le travail. Comme on le dit souvent, rien n’est sorcier. La concentration et la détermination ont aussi été des ingrédients de ma réussite. En fait, j’ai pris la décision de décrocher le bac. Je me suis alors concentré sur mes cahiers et j’ai travaillé sur toutes les matières, je ne me suis pas focalisé sur une seule. Vu qu’actuellement le taux d’échec au bac est élevé, je me suis dit que ce n’était pas le moment de jouer, qu’il fallait se fixer un objectif et le réaliser.
 
Vous comptez faire quoi à l’université ?
J’aimerais bien étudier le droit parce que c’est un domaine qui me plaît, que j’ai toujours rêvé d’emprunter une fois à l’université. Et en plus, il mène à un travail dans la justice, où on suit la loi. J’aime tout ce qui est lié au droit alors je compte bien m’aventurer dans cette branche.
 
Selon vous, pourquoi le taux d’échec au bac a été élevé durant ces dernières années ?
À mon avis, c’est lié à la paresse des élèves mais aussi aux enseignants qui donnent les cours car certains d’entre eux ne sont pas concentrés dans leur tâche. Ils donnent seulement les introductions des cours et c’est fini. Donc c’est à l’élève de faire le reste et d’autres ne le font pas, souvent par paresse. Je pense que c’est à ces deux niveaux que se trouvent les responsabilités.
 
Quel message avez-vous à lancer à vos camarades qui n’ont pas été admis ?
De continuer et de se battre, parce que ce n’est pas facile. De ne pas baisser les bras, d’avoir du courage, de la détermination, de travailler dur. Je leur dirais aussi de ne pas minimiser certaines matières, de chercher à comprendre ce qu’ils n’ont pas pu comprendre durant l’année. Il faut redoubler d’effort, voir ses erreurs et les rectifier. Et surtout, se mettre en tête que l’échec n’est pas la fin du monde.