Djanii Alfa et Mc Freshh sont nominés à la sixième édition des Galsen Hip-Hop Awards, qui récompense les acteurs du hip hop de plusieurs pays africains.

Cet évènement culturel se tiendra au Grand Théâtre de Dakar le 3 décembre prochain et Djanii Alfa et Mc Freshh y représenteront la Guinée !

L’auteur de la ‘’Route Le Prince ‘’ est nominé dans deux catégories, Meilleur album africain à travers sa mixtape ‘’Les 7 jours de Baghdad’’ et Meilleur artiste africain.

Mc Freshh, l’auteur du titre ‘’Guinéen’’, est nominé dans la catégorie catégorie Meilleure vidéo africaine avec son clip ‘’Vice’’ sorti en mai dernier.

La première phase des votes a débuté hier et se poursuivra jusqu’au 31 octobre 2021.

Pour voter pour nos artistes, cliquez sur ce lien :

Bonne chance Djanii Alfa et Mc Freshh !

De nombreuses associations culturelles comme l’ATAG, la FECEG, l’UNAGUI, l’ACE, la chaîne du livre, la musique urbaine, l’association des mannequins, l’association des DJ LUJACGUI ont pris part aux concertations pour l’élaboration d’un mémorandum reflétant les préoccupations et pistes de solution sur les réformes du secteur culturel.

Durant 2 jours, ces acteurs culturels ont bénéficié de l’appui des facilitateurs M. Bailo Teliwel Diallo, ancien Ministre et ancien Directeur national de la culture, Mme Kadija Bah et M. Djessira Condé, et de l’accompagnement de l’ONG Aide et Action à travers son programme Compétences pour Demain.

Cette rencontre portait sur les problèmes qui assaillent le secteur culturel dans son ensemble et sur les voies et pistes de solutions envisageables pour répondre à la demande du CNRD formulée lors des journées de concertation pour une transition inclusive et réussie pour la Guinée.

Mamadou Thug, président de l’ATAG qui a pris part à cette rencontre s’est prononcé.

« Nous sommes heureux d’avoir partagé ces jours de travaux pour le rayonnement de notre culture. Ensemble, nous allons réussir, afin que les hommes de culture parlent d’une seule voix. »

Amadou Diallo, connu sous le nom de Amlo, est un opérateur culturel résidant en Allemagne et qui évolue dans l’évènementiel. Actuellement en Guinée pour des projets de production avec les artistes de son label DJ Prod (Mister Woulen, Rica et Zée Lelouma), Amadou Amlo nous a accordé un entretien dans lequel il nous parle de ses attentes face aux nouvelles autorités et revient sur le Festival PANAF qui se tient chaque année en Europe et qui met la culture guinéenne en valeur.

Le 5 septembre dernier, le CNRD a pris le pouvoir. Quelles sont vos attentes pour la culture guinéenne ?

J’invite les nouvelles autorités à s’impliquer dans la culture, à faire face à la diaspora guinéenne et à la culture guinéenne car même si les hommes de culture sont minimisés, nous sommes les ambassadeurs de la Guinée un peu partout dans le monde. On est très oubliés quand il s’agit de la Guinée. Et pourtant c’est nous qui exportons la culture guinéenne à l’étranger.
Nous demandons à ces nouveaux dirigeants de créer une vraie industrie musicale guinéenne parce qu’elle n’existe pas. Si aujourd’hui on n’arrive pas à revendre la culture guinéenne comme il faut, c’est parce que la demande n’est pas énorme. Je demande aux nouvelles autorités qu’ils évitent les anciens qui nous ont mis à genoux, qu’ils fassent très attention à eux et qu’ils les mettent carrément de côté.
 
À votre avis, que faut-il pour bien choisir les places accordées à la culture au sein du Conseil National de la Transition (CNT) ?
D’abord, je demande au nouveau gouvernement qui sera mis en place de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. De ne pas voir les dossiers et directement les prendre, il faut faire des investigations. Ces personnes qui viennent vers eux, quels sont leurs bilans ? Qu’est-ce qu’ils ont fait pour la culture ?
Aujourd’hui, il y a des personnes qui se réclament promoteur ou producteur et que nous-même ne connaissons pas. Il y a des personnes aujourd’hui qui ont la chance de voir le Président et de transmettre leur dossier par le biais de leurs relations. Il faut faire le bon choix sinon ils vont tomber dans le même piège dans lequel on était avant.
Merci au président Mamady Doumbouya, qui a d’ailleurs fait appel à tous les Guinéens, sans exception. Ça c’est une force. On aimerait qu’il continue comme ça et qu’il tienne ses promesses.
 
Vous êtes l’un des organisateurs du festival PANAF en Europe. Parlez-nous en.
Le Festival PANAF se porte à merveille. C’est un événement qui se tient chaque année en novembre. Mais vu le temps et la promo qu’il nécessite, techniquement parlant il doit encore être travaillé. Gérer une quinzaine d’artistes n’est pas chose facile. C’est pour cela qu’on ne s’est pas prononcé. Mais techniquement, on l’améliore et chaque année le festival monte des marches. On ne veut pas redescendre. On est liés par l’attente du public européen et on ne l’oublie pas. On sait qu’on nous réclame mais on veut vraiment bien faire les choses…
 
Votre mot de la fin ? 
Pour le rayonnement de la culture guinéenne, il faut que les acteurs culturels soient tous unis, sans exception. Si le secteur de la culture doit bouger, il nous faut des hommes compétents et expérimentés à la tête de ce département.

Merci à Rarili News pour cette interview.

 

Kadiatou Baldé

La prochaine édition de Miss Monde 2021 aura lieu le jeudi 16 décembre 2021 à Porto Rico.

C’est désormais officiel ! Ce sera Saran Bah qui nous représentera à cette compétition internationale. Une bonne nouvelle pour la Guinée, qui n’a pas participé à ce concours de beauté depuis quatre ans.

Pleine de joie, Saran a invité tous les Guinéens à l’accompagner dans cette expérience.

« C’est avec le cœur rempli de gratitude et de fierté que je vous partage à tous ma participation à la 70ème édition de l’élection de Miss Monde 2021 à Porto Rico. Après quatre années d’absence, la Guinée ira de nouveau défendre sa réputation de posséder les plus belles femmes d’Afrique, et pourquoi pas du monde, en ma personne. Miss Monde, avant d’être le sacre d’une reine, est pour moi le couronnement d’un rêve de petite fille…

J’aimerais que vous m’accompagniez dans cette aventure et que l’on vive cette expérience ensemble, pour la Guinée. Je vous remercie du soutien et de la force que vous saurez manifester au cours des prochaines semaines. J’en aurai besoin. Le challenge est de taille, mais avec vous à mes côtés, j’ai envie de croire que rien n’est impossible.
Ma famille de Guinée, nous allons à Miss Monde ! »

Mais qui est donc Saran Bah ?

Du haut de ses 1m80 et âgée de 25ans, Saran est élue Miss Guinée Canada en 2014 et deuxième dauphine de Miss Guinée en 2019. Diplômée d’un Bachelor en comptabilité de l’université d’Ottawa au Canada, cette jeune fille qui incarne la beauté intellectuelle et physique est comptable de profession tout en exerçant son mandat de deuxième dauphine Miss Guinée.

La tête sur les épaules, Saran Bah est une amoureuse de la lecture et mène une vie au service des gens. Avec son ONG l’Unité dans la Diversité, elle poursuit plusieurs activités caritatives.

Bonne chance à notre Saran, dont la beauté et les qualités intellectuelles et humaines sauront briller de mille feux à cette 70ème édition de Miss Monde !

Kadiatou Baldé

Durant trois jours s’est tenue la troisième édition du Pop-up Store Conakry, une exposition et un marché dédié à la promotion des produits locaux, made in Guinea. Un évènement ‘’Consommons guinéen’’ qui a abrité 30 exposants issus de plusieurs domaines, comme la mode, les cosmétiques, l’art, la gastronomie, les accessoires et l’agrobusiness.

Du 1er au 3 octobre 2021, l’hôtel Palm Camayenne a accueilli ces exposants et entrepreneurs venus faire connaître leurs produits 100% guinéens.

Serge Fofana, coorganisateur du Pop-up Store, est un amoureux du contenu local. Il revient sur l’objectif de cette exposition et admet le talent extraordinaire de nos entrepreneurs.

« Nous valorisons le made in Guinea. C’est pour cela qu’on a créé une plateforme pour ces exposants, pour pouvoir les mettre en lumière et en valeur, pour qu’ils puissent être mieux vus. Pour qu’ils puissent mieux vendre leur production car on s’est rendus compte que nos entrepreneurs sont remplis d’un talent extraordinaire. »

Avec 30 exposants, Serge se dit très fier de cette troisième édition et revient sur les deux précédentes.

« Déjà la première édition, on l’a faite pendant le mois d’avril dernier, avec 15 exposants. La deuxième édition, on l’a faite pendant le mois de mai passé avec 25 exposants et pour cette troisième édition, on est avec 30 exposants. D’ailleurs c’est une fierté pour nous, cette évolution qu’on a faite. Trois éditions aussi en une année, c’est vraiment une fierté pour nous. »

Âgée d’une vingtaine d’années, assise derrière son stand, Georgia Tady Camara, créatrice de la marque Gia’s Hair and Body, nous a présenté ses produits bio fabriqués par elle-même.

« Dans nos produits, comme vous l’entendez, Gia’s Hair and Body, on a des produits pour les cheveux, les produits pour le corps et les produits pour la nutrition c’est-à-dire qu’on essaye de toucher tous les secteurs en même temps. Nos produits sont bio et locaux, tous fait par moi et fait maison. Nos produits contiennent en tout et pour tout 12 éléments cosmétiques et 8 éléments nutritionnels… Des poudres qu’on transforme nous-mêmes, qu’on cultive nous-même. La plupart des produits sont à base de beurre de karité, d’huile de coco, de citron. On cultive aussi notre propre curcuma, verveine etc. On a aussi des habits pour le sport ».

Binta Diallo, directrice de Guinée Fashion Fest, cofondatrice de Kpaaf Guinée et fondatrice de la marque Kaadé collection, en est à sa troisième participation. Cette femme styliste met en valeur le textile guinéen et précise que les Guinéens peuvent mieux travailler ici qu’ailleurs.

« Je suis là pour montrer aux Guinéens qu’on peut faire mieux qu’à l’extérieur avec nos beaux tissus. Moi je suis plus dans le kimolo. C’est le pagne tissé de chez nous. Franchement c’est du haut de gamme qu’on essaye de valoriser ».

Mariama Dalanda, qui a un stand avec des produits détergents liquides sous trois formats et du javel (Bilinda), en est à sa première participation. Elle énumère les avantages de participer à cette exposition.

« Je suis là pour la première fois et je ne le regrette pas parce qu’on a pu vendre beaucoup. L’avantage ce n’est pas que de vendre mais c’est aussi ces relations que nous tissons avec toutes ces personnes qui évoluent dans le made in Guinea, pour savoir comment chacun est en train de se battre.
Nous arrivons à faire connaître nos produits autrement parce que comme vous le voyez, c’est un grand hôtel, il y a beaucoup de visiteurs y compris des étrangers qui sont émerveillés par ce qu’ils trouvent. C’est franchement formidable
. »

Aicha Keita, artisane, teinturière de son état qui vend des éventails, des nattes, des paniers, des colliers, des statuettes, des accessoires (tous fabriqués à la main) en est à sa deuxième participation. Elle profite de l’occasion pour faire passer un message aux organisateurs du Pop-up Store.

« Ce que je vais dire aux organisateurs, d’abord, c’est qu’on les remercie parce que ce sont des opportunités pour nous. Quand on est là, c’est une grande occasion de faire connaître nos produits. Ensuite, je veux leur dire que quand il y a des organisations pareilles, il faut faire un peu plus de publicité pour que la population sache que nous sommes là ».

À rappeler que pour avoir un stand et participer à cette exposition il faut juste avoir un produit local made in Guinea, dans n’importe quel domaine, et que ça soit fait localement et fait sur place.

Vivement la quatrième édition de Pop-up Store !

Kadiatou Baldé

Dans Guinea Best Music, nous vous proposons quelques sorties musicales d’artistes guinéens.
On vous invite à découvrir les dernières nouveautés musicales de la semaine avec Azaya feat Djélikaba Bintou, Mister Woulin feat One Time, Guinée All Stars, le groupe Vision Power, Iso X feat Thiird du groupe Gnamakalah.

À l’occasion de la célébration du 63ème anniversaire de la fête d’indépendance de la Guinée ce samedi 2 octobre 2021, de nombreux artistes se sont unis dans un single intitulé ‘’Notre Guinée’’. Un clip dans lequel ce beau groupe chante la paix et l’unité nationale.

Dans ce titre produit par la Fondation Abdoul Mbaye (FAM), nous retrouvons : Sékouba Kandia Kouyaté Kandia Kora, le groupe Banlieuz’art, Singleton, Levi Bobo, Soul Bang’s, Sekouba Bambino, Djanii Alpha, Binta Laly Sow, One Time, Steeve One lock’s, Lama Sidibé, Degg J Force 3, Tche On the beat, Alifa, Manamaba Kanté, Bebe Baya.

Après le succès de son dernier clip intitulé ‘’Ko Hombo Moni’’ en featuring avec l’artiste Ans-T Crazy, sorti il y a quelques mois, Mister Woulin revient avec du nouveau.
Cette fois-ci, Mister Woulein, cet artiste assez particulier par son habillement, a invité One Time, l’un des plus grands artistes de la musique urbaine dans le clip intitulé ‘’Ragga Foulawa’’.
Produit par le label DJ Prod, ce clip réalisé à Conakry par Mety-Med est très dansant. On vous invite à le découvrir.

Après la sortie du clip vidéo ‘’Khanmito’’ en juillet dernier, le groupe Vision Power revient avec un nouveau single intitulé ‘’Waré Baba’’. Dans cette œuvre musicale enregistrée au Kapital Studio, le groupe de danse et de musique urbaine dénonce et parle du comportement des filles de nuit.

Après la sortie de la version audio du titre ‘’BB là’’ de l’artiste Azaya en featuring avec son épouse Djélikaba Bintou il y a deux mois, la version vidéo a été mise en ligne. Un clip dans lequel le couple Kamissoko chante l’amour et met en valeur les tenues et la danse africaine.

Le jeune rappeur Iso X a invité Thiird du groupe Gnamakalah dans son clip intitulé « Coulé » qu’on vous invite à découvrir.

Invité ce lundi 4 octobre 2021 dans l’émission Mirador de FIM Guinée, le promoteur culturel Tidiane Soumah, PDG de Tidiane Word Music, s’est exprimé depuis le Canada sur la culture guinéenne en général et en a profité pour donner un petit conseil aux membres du CNRD.

Après avoir rassuré les guinéens sur son état de santé et son retour imminent sur la scène culturelle guinéenne, Tidiane Soumah explique comment il a accueilli la nouvelle du coup d’État du 5 septembre dernier.

« Je dirais qu’il n’y a pas eu de coup de force, il n’y a pas eu de coup d’État, mais que le bon Dieu est juste venu reprendre ce qu’il a donné… Ce coup du 5 a été le coup le plus posé, le plus risqué et le plus exceptionnel que la Guinée puisse avoir. Alors c’est un coup de Dieu, une action de Dieu et moi je ne vois pas ça comme un coup d’Etat. On doit remercier et féliciter les hommes qui l’ont fait. »

Avant de passer au sujet cultuel, Tidiane a donné un petit conseil aux membres du CNRD, celui d’accorder une grande importance à la sécurité.

« Jusqu’à maintenant, le CNRD a posé de bonnes actions, ça renforce les liens entre les Guinéens. Mais je leur donnerais un seul conseil amical. Je pense que je suis beaucoup plus proche des autorités du pays que beaucoup d’entre vous. Je leur dirais d’accorder de l’importance à la sécurité parce qu’ils ont fait le coup le plus risqué. Qu’ils ne s’amusent pas avec la sécurité du pays, parce qu’il y a des ennemis à l’intérieur et à l’extérieur. »

Dans son bilan des 37 dernières années (de 1984 à aujourd’hui) de la culture et du showbiz guinéen, cet acteur culturel en a fait un état des lieux et donné un résumé de son évolution.

« On est dans une situation où le domaine de la culture est victime de la mauvaise gouvernance des 37 dernières années… Il n’y a pas eu une approche claire des secteurs de la culture, du sport et de la jeunesse, depuis 1984. Au temps du premier régime  c’était le meilleur système en terme de planification culturelle, c’était le meilleur… En 1984, avec l’arrivée de l’armée au pouvoir,  il n’y a eu aucune approche, la gouvernance culturelle était nulle… »

Pour Tidiane Soumah, dans le secteur culturel et le showbiz guinéen, il y a actuellement un sérieux problème. Selon lui, le secteur est pourri et il dénonce les problèmes qui gangrènent ces milieux.

« Dans ce secteur, il y a la division premièrement. Les gens ne savent pas faire la différence entre le secteur culturel et le showbiz et c’est très grave. Le secteur culturel n’est pas commercial, par contre le showbiz c’est le commerce : investir et gagner. Deuxièmement, c’est un problème entre artistes : ceux qui sont privilégiés par des clans liés aux Ministère de la Culture et ceux qui n’ont pas ce privilège. Troisièmement, c’est cette histoire de poste de Ministre de la Culture, également source de division… »

 

Kadiatou Baldé

À l’occasion de la célébration du 63ème anniversaire de la fête d’indépendance de la Guinée ce samedi 2 octobre 2021, de nombreux artistes se sont unis dans un single intitulé ‘’Notre Guinée’’. Un clip dans lequel ce beau groupe chante la paix et l’unité nationale.

Dans ce titre produit par la Fondation Abdoul Mbaye (FAM), nous retrouvons : Sékouba Kandia Kouyaté Kandia Kora, le groupe Banlieuz’art, Singleton, Levi Bobo, Soul Bang’s, Sekouba Bambino, Djanii Alpha, Binta Laly Sow, One Time, Steeve One lock’s, Lama Sidibé, Degg J Force 3, Tche On the beat, Alifa, Manamaba Kanté, Bebe Bay

On vous invite à découvrir le message passé dans ce clip.

 

Ce samedi 2 octobre 2021, la Guinée a fêté le 63ème anniversaire de son indépendance. Une journée historique et particulière pour la jeunesse guinéenne qui l’a célébrée dans une joie immense.

Dès 9 heures, les rues de la capitale ont commencé à se remplir aux couleurs du drapeau guinéen. Avec des slogans comme liberté ou encore démocratie, les jeunes se sont massivement mobilisés au rond-point de Hamdallaye pour assister aux festivités.

      

Des artistes, opérateurs culturels, journalistes et activistes venus de plusieurs communes de la capitale se sont donnés rendez-vous à la Bellevue pour célébrer cette fête d’indépendance.

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’armée le 5 septembre dernier, le peuple de Guinée se sent libéré. C’est le cas du jeune Amadou Barry venu d’Enco 5 et qui a vécu cette fête pour la première fois en Guinée. Fier de la République, ce jeune activiste ne cache pas sa joie et son émotion.

« Tout le monde se sent guinéen et est fier de la République vu que les nouvelles autorités ont prouvé au peuple que personne n’est exclu de la population guinéenne. Je n’ai jamais vu un engouement pareil en Guinée depuis que j’ai commencé à participer aux fêtes d’indépendance. C’est la première fois qu’on voit une foule aussi immense ! J’ai été ému, ça fait tellement plaisir que je me sens vraiment guinéen. »

Hassatou Lamarana Bah, journaliste, écrivaine et activiste pour la défense des droits de la femme, qui a l’habitude de célébrer le 2 octobre, précise que cette fête est particulière, énumère ses attentes et laisse un message à la jeunesse.

« Cette fois-ci, c’est une journée particulière parce c’est un nouvel ère qui s’annonce et nous espérons qu’avec la nouvelle équipe dirigeante il y aura de l’amélioration, tant pour bannir l’injustice que l’impunité dans notre pays. Et à cela j’espère que se rajoutera la parité hommes-femmes dans le gouvernement du CNT… Nous avons une jeunesse vraiment très dynamique, on voudrait qu’elle soit dans les instances de prise de décision, surtout les femmes.

Je demande à la jeunesse guinéenne de ne pas se laisser instrumentaliser par les politiques parce que nous sommes vraiment la future génération, celle qui doit relever ce pays. Il faut travailler, être indépendant financièrement… »

Bravant le soleil et la chaleur, des milliers de Guinéens avec des drapeaux rouges, jaunes, verts en l’air ont laissé la joie se lire sur leurs visages, ont dansé et chanté au rythme des ambianceurs de rue venus spécialement pour égayer la population.

Mohamed Ly, agent artistique, se dit être très content de fêter avec cette jeunesse.

« Nous sommes là pour la libération de la Guinée ! Ça fait réellement plaisir de venir assister à cette fête. Malgré la distance, la chaleur et le soleil, je suis vraiment heureux. J’ai quitté du quartier la Cité en voiture et à un moment donné, tout était bloqué. Du coup on a continué à pied pour célébrer notre envie de libérer la Guinée, de marcher et d’être dans l’ambiance. Enfin ça fait vraiment plaisir ! »

Cette belle journée du 2 octobre 2021 ne sera pas oubliée par la jeunesse guinéenne, qui a fêté aujourd’hui une nouvelle libération de sa chère patrie, la Guinée.

 

Kadiatou Baldé