Les 72 Heures du Livre ont débuté ce vendredi 23 avril 2021 ! Organisée par les éditions de l’Harmattan Guinée et l’Association Guinée Culture, cette 13ème édition se tiendra sous le thème “La Covid-19 : la place des femmes, de la jeunesse et de la paix dans le pays dont nous rêvons” et se tiendra les 23, 24 et 25 avril au Chapiteau du Palais du Peuple de Conakry.
 
Durant ces trois jours, il y aura des expositions, des dédicaces, des signatures, des tables rondes, des conférences-débat, des ateliers et des projections.
 
Le lancement de cette édition a débuté par la présentation du livre sur Ebola de Dr Sakoba Keita, Directeur Général de l’ANSS, sous la Présidence d’honneur du Ministre de la Santé et en présence de plusieurs personnalités du pays.
 

Sansy Kaba Diakité, Directeur Général de l’Harmattan Guinée, a déclaré :
« Nous sommes aujourd’hui le 23 avril, journée mondiale du livre et des droits d’auteurs. C’est ce jour que l’UNESCO a choisi pour célébrer le livre et la lecture.
C’est aussi ce jour que nous avons choisi pour lancer le livre de notre Dr Sakoba National, “Ma lutte contre Ebola”. Au nom des éditions l’Harmattan, je voudrais très sincèrement remercier Dr Sakoba. Nous savons tous que ce médecin est très chargé mais il a accepté de faire l’exercice avec nous.
 
Le livre est important dans la vie. Le livre est important pour une nation. Le livre, c’est la vie elle-même. Dans ce livre, Dr Sakoba nous partage son expérience, ce qu’il a vécu et qu’il souhaite transmettre à la jeunesse guinéenne. Pour cela, les éditions l’Harmattan lui disent bravo ».
 

Sansy Kaba rajoute : « Notre souhait est que d’autres médecins et cadres prennent l’exemple sur ce docteur pour aider notre pays à se construire. Le livre peut vraiment aider notre nation à être une nation émergente ».
 

Dr Sakoba Keita a ensuite fait part de ses sentiments et l’émotion était au rendez-vous.  Ses quelques mots résument son livre : « Cet écrit, je le produis en guise de témoignage. Je le fais aussi pour la nouvelle génération, qui a le droit de savoir ce qui s’est réellement passé en Guinée entre 2014 et 2016, pour qu’elle puisse en tirer des leçons à l’avenir ».
 
Une minute de silence a été observée pour les victimes d’Ebola et de la Covid-19 en Guinée.
 
Cette conférence a pris fin par une séance de dédicace du livre “Ma lutte contre Ebola”, vendu à 270 000 GNF.

Deux camps se bataillent depuis plusieurs mois au sommet du basket-ball guinéen, c’est inacceptable estime le secrétaire général du ministère des sports, Fodeba Isto Keira.

Après deux mandats passés à la tête de la fédération guinéenne de basket-ball, Sakoba Keita est en passe de briguer un troisième mandat. Pourtant, selon ses adversaires (membres statutaires) qui citent l’article 37, Sakoba n’a plus le droit de se présenter pour un nouveau mandat.

Les deux parties ne s’entendent pas pour l’heure, et deux congrès électifs sont annoncés. Les frondeurs comptent organiser une assemblée générale élective le 14 mars prochain. De son côté, le président sortant, Sakoba Keita annonce la tenue d’un congrès le 21 mars 2020.

Cette situation est mal perçue par le département en charge des sports. A en croire les propos du secrétaire général du ministère des sports, Fodeba Isto Keira, interrogé ce mercredi dans l’émission (les Grandes Gueules), de la radio Espace.

« S’il n’y a pas d’entente entre les deux parties, nous seront obligés de faire appel aux instances internationales. Dans ce cas, un comité de normalisation sera mis en place et un congrès effectif sera organisé. C’est vrai qu’il y a une avancée dans le basket-ball, mais, à un moment donné il faut respecter les textes en vigueur. Nous n’allons pas accepter que, pour des intérêts égoïstes et personnels, le basket-ball guinéen soit mis à l’eau » promet Isto Keira.

A propos des deux congrès annoncés, le numéro 2, du ministère des sports affirme qu’il n’était pas au courant. « J’avoue que c’est vous qui m’informez de la tenue de ces congrès » a laissé entendre Isto Keira. Reste à savoir si les deux parties vont s’entendre avant le 14 mars, date prévue pour la tenue du congrès organisé par les frondeurs.

News publiée par la rédaction

Visiblement la Fédération Guinéenne de Basketball n’a pas encore fini avec la crise. Deux camps se tiraillent depuis quelques temps pour diriger la Feguiba.

D’un côté le président Sakoba Keita qui a fait deux mandats. Pour les frondeurs qui citent l’article 37, Sakoba n’a plus le droit de se représenter pour un autre mandat. Alors que ce dernier a organisé un congrès non électif pour modifier les statuts de 2011. Dans cesdits statuts, le mandat du président est limité à cinq ans renouvelable une seule fois.

Pour se faire attendre, les frondeurs annoncent l’organisation d’un congrès électif au mois de mars prochain. Le Vice-président par intérim s’exprime en ces termes “nous aurons un congrès électif le samedi 11 mars 2020 à Conakry” précise Babila Keita.

De son côté, le secrétaire général adjoint précise que l’instance dirigeante du basketball africain s’est saisi du cas de la Guinée. Maurice Sangaré charge aussi le ministère des sports.

L’assemblée générale non élective organisée récemment par le camp de Sakoba, est nul et de non effet parce que son mandat a déjà expiré. La FIBA Afrique a demandé à la Guinée d’organiser son congrès en fonction des statuts de 2011. Le ministère des sports n’a pas droit de légitimer une fédération ou non. Nous attendons la décision finale de la FIBA Afrique.

Pour les frondeurs, la fédération dirigée par Sakoba Keita doit partir disent-ils. “Il y a eu tellement de violation des textes qui régissent le basketball Guinéen. Des membres statutaires élus ont été remplacés par Monsieur Sakoba. Des clubs fictifs ont été créés par cette fédération que nous ne reconnaissons plus. Notre milieu est un milieu apolitique, mais malheureusement c’est les politiques qui gèrent la Feguiba en ce moment, c’est pourquoi le ministre Bantama soutien Sakoba. Les statuts doivent être respectés, c’est ce que nous voulons. Cette équipe doit partir parce que son mandat a pris fin” affirme Ousmane Sylla membre des frondeurs.

Reste à savoir si ce congrès aura lieu le 14 mars et si sa tenue sera validée par la FIBA Afrique.

News publiée par la rédaction

Pour des raisons de bisbilles, le ministre des sport demande à la Fédération guinéenne de basket-ball d’arrêter toutes activités jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau exécutif.

Cette décision du département des sports en République de Guinée intervient suite au contentieux qui oppose l’équipe du président sortant de Sakoba Keita et de Amadou Tafsir Camara, dont le règlement de FGBB en son article 37 interdit la candidature de l’équipe de Sakoba Keïta.

En attendant de vider le contentieux, le ministère des sports, dirigé par Sanoussy Bantama Sow demande à Sakoba et son équipe de surseoir à toutes activités jusqu’à l’élection d’une nouvelle équipe, pour diriger la fédération guinéenne de Basket-ball.

Reste à savoir si le département se conformera aux règlements intérieurs de la FGBB pour trancher entre les deux parties.